# 756 Arsène Obscène

L’Oreille Qui Gratte # 756

Invité :  Arsène Obscène

Album de la semaine : Cage The Elephant : Social Cue

Le Mardi  14  mai 2019

Cage The Elephant : Broken Boy

Cage The Elephant : Ready to let go

Shaky things : Evil Friend of Mine

Arsène Obscène : brand new girl

Arsène Obscène : more more and more

Arsène Obscène : je me suis fait choper

Arsène Obscène : don’t talk

Cage The Elephant : House Of Glass

Lenny Kravitz :  Are you gonna go my way

Ekova : Starlight In Daden

Lectures de Francois Ibanez

  • Haiku electroniques aléatoires (editions du pont de l’europe)
  • Brèves paysagères (z4 éditions)
  • Lucifere au bord des Larmes (Tarmac)
  • La concision de l’inaudible (Editions Furtives)

Arsène Obscène : destroy

Arsène Obscène : rebound  cover  Charlie Rich

Napalm Beach : why do parties have to end 

Cage The Elephant : Dance Dance

Les Vidéos :

Arsène Obscène

Je me suis fait choper  https://youtu.be/wHAYJl5MeOA

don’t talk https://youtu.be/sJ_FeqUBsSs

Lectures de Francois Ibanez https://youtu.be/TL2cbtw7uz8

Destroy https://youtu.be/OsvD9eOtfkI

Rebound  (Cover Charlie Rich) https://youtu.be/k8YfrrcQZYk

Sur une ile deserte https://youtu.be/u3WNceNtBFg

Session acoustique d’Arsene Obscene https://youtu.be/tiQKlFD4dE0

Les Rubriques

L’Histoire du rock : Qui se souvient…? Ekova https://youtu.be/o-ntLS2ahK8

Continuer la lecture

# 755 Giz Medium

L’Oreille Qui Gratte # 755

Invité :  Giz Medium

Album de la semaine : Circa Waves : What it like over there

 Le Mardi 07 Mai 2019

Circa Waves : Times Won’t Change Me

Circa Waves : Sorry I’m Yours

Jeanne Added : Mutate

Giz Medium : Garavan

Giz Medium : Ballad for Miss Marsol / You call me an utopist yet believe in reforms

Circa Waves : Me, Myself and Hollywood.

Frustration :  Just Wanna Hide

Scott Walker : Jackie

Giz Medium : La Barque

Giz Medium : Proudhon in Manhattan (Cover : Wingnut Dishwasher’s Union)

 Canine : Medusa

 Circa Waves : Be Somebody Good

Les Vidéos

Giz Medium

Les Rubriques :

Continuer la lecture

Frustration

Groupe parisien post-punk formé en 2002, Frustration, a grandi en même temps que Born Bad Records, label parisien vénéré du 9-3

Ils honorent bien leurs aînés, tels Joy Division ou The Fall. Et si le punk peut apparaitre à certains un peu « as been », Frustration avance, lui, depuis 17 ans sans s’occuper des modes.

Les cinq garçons (Fabrice, Mark, Nicus, Emmanuel et Fred) dégagent toujours une énorme énergie déjà sur disque et surtout sur scène.

Notons l’album phénoménal Uncivilized sorti en 2013, avec une pochette signée du graphiste Baldo. Les mélodies sont simples et directes, groove martial, motifs sonores tranchants et guitares profondes.

Frustration, fait de la musique des bas fonds de la société. Ça sent le froid, les métalos et une certaine misère sociale. Une vraie bande-son pour un Germinal contemporain. Sans même entrer dans le détail des textes, rien que le titre des disques :  Empire Of Shame, Uncivilized, Full of Sorrow, laisse entendre que le groupe n’a toujours pas accepté de se mettre dans le moule et c’est tant mieux car le vrai rock ne sonne jamais aussi bien que joué sur de vieux amplis bien usés par la scène…

Déjà vus dans la région (Pantiero) je vous le dis « allez assister à leur show ! C’est tendu c’est hargneux… c’est mémorable ». Les cinq membres forment un prodigieux groupe de scène, aidés en cela par l’arrogance scénique de son chanteur.

Impossible de ne pas penser à Ian Curtis lorsque Fab use de sa voix lugubre et caverneuse. Le punk des Buzzcocks et des Dead Boys… en live aujourd’hui !

Une chose est certaine, vous succomberez immédiatement à l’excitation naturelle de leurs compositions simples à l’efficacité foudroyante.

Rares sont les formations qui peuvent prétendre à une telle cohérence.

Un groupe qui sort de l’ordinaire et qui vous collera à l’esprit.  N’hésitez pas ! ! Courrez à ce concert.

Gil Tau

Continuer la lecture

Jeanne Added

Dans une autre vie, pas si lointaine, Jeanne Added était chanteuse de jazz.

Dans cette autre vie, elle a appris le violoncelle puis le chant lyrique et se forme à la Royal Academy de Londres et aussi dans la classe de jazz du Conservatoire de Paris. Puis elle joue de la basse dans un groupe…

 

Son premier album Be Sensationnel était sombre et magnifique, et on avait salué cette pépite à l’OQG et salué sa « victoire de la musique » (Catégorie révélation)

L’automne dernier Jeanne a sorti Radiate son 2eme album et si la voix et la musique restent exceptionnelles j’avoue être un resté sur ma faim en ce qui concerne le côté bien trop électro à mon goût. On ne retrouve pas la tonalité brute qui la caractérisait, mais bel et bien une vision électro du rock qui a déjà été exploitée des dizaines de fois par tant d’autres talents et je ne m’attendais pas à retrouver Jeanne Added exploiter ce filon… Cet album reste une belle flamboyance électronique, mais avec un son déjà entendu par ailleurs…

L’aspect « instrumental » de Be Sensationnal me manquait, et c’est ainsi :  

j’aime tellement entendre le « glissé » des doigts sur les cordes d’une guitare, reconnaitre si la basse est jouée avec le pouce, « slappée » ou avec un médiator. Et le souffle du trompettiste ou du saxo … enfin ces vrais instruments qui permettent de reconnaitre immédiatement un Hendrix, un Clapton ou un Miles Davis.

Et bien je suis comblé, une édition « Live acoustique » de 4 titres issus de Radiate vient de sortir et ces versions sont une totale réussite.

J’espère que la maison de disque Naïve Records. (label indépendant français)

proposera un album collector avec ces titres en acoustique. Inclus…genre Bonus track

Article : Gil Tau

Photo : Laurane Melzer

Video : Noel Noel

Continuer la lecture

Circa Waves What’s It Like Over There ?

A la recherche de la pépite brit-pop parfaite.

La Britpop à émergé du rock Indé au milieu des années 1990. Il est caractérisé par l’apparition de groupes influencés par des formations anglaises des années 60 et 70, (Beatles, Pink Floyd, les Who, les Kinks)

 Une autre source d’inspiration pour la Britpop était les idoles du glam David Bowie, Queen, T. Rex…La célèbre bataille de la Britpop confronta en son temps, Blur et Oasis pour le titre de « Rois de la Britpop ». On se déchira en deux : les « riches » du Sud de l’Angleterre représentés par Blur, menés par Damon Albarn contre les « pauvres » du Nord avec Oasis des frères Gallagher (issus de la classe ouvrière déshéritée de banlieue).

Liverpool bouge encore ! Le renouveau de la cité ; Circa Waves l’incarne depuis cinq ans et trois albums. Changement de braquet toutefois avec le dernier-né́ : la troupe emmenée par Kieran Shudall (chanteur et compositeur) s’offre sa petite révolution interne avec des intentions pop clairement mises en avant

Ce qui surprend, c’est ce virage décidé du groupe vers de la pop basique et qui fonctionne à merveille, mais qui décevra sans doute les fans de la première heure. Fini la fougue juvénile du premier album ou du rock alternatif sombre et mature du second disque, Circa Waves emprunte un virage à 90° qui pourra déstabiliser plus d’un.

Le disque What’s It Like Over There ? plonge dans la pure pop, voire trop apaisée par rapport à ses prédécesseurs. Passée la petite introduction instrumentale, ce virage est totalement assumé à travers des morceaux sentant la FM !  Les guitares se font moins agressives qu’auparavant. Et elles sont placées en second plan au profit des pianos et de petites touches électroniques. Toutefois, Circa Waves s’en sort parfaitement avec le dansant « Movies » mais aussi les ballades romantiques aux allures 70’s faussement vintage de « Me, Myself and Hollywood », ou bien même les sonorités dignes des Beatles sur « Passport »

On garde cependant un œil sur vous, Circa Waves, et le prochain opus sera encore meilleur, on n’en doute pas une seconde !

What’s It Like Over There? est un album vraiment réjouissant. Et si n’y brille pas l’originalité artistique, il y a en revanche un savoir-faire à toute épreuve.

Avec un sens de l’arrangement efficace, le groupe propose une dose de good vibes ensoleillées parfaitement taillée pour ce début de printemps.

Gil Tau

Continuer la lecture
Fermer le menu