# 746 Best Of 2018 de L’Oreille Qui Gratte

L’Oreille Qui Gratte # 746

Le Mardi 08 Janvier 2018

1.Bodega : Can’t Knock The Hustle

2.Tess Park & Anton Newcombes

3.Dralha : A compact cassette

4.The Liminanas : Shadow people

5.The Brian Johnstone Massacre : Somethings else

6.Anna Calvi : Hunter

7.Paul Mc Cartney : Egypt station

8.Idles : Joy As An Act Of Resistance

9.Ty Segall : Freedom’s goblin

10.The Breeders : All Nerve Wait in the Car

11.Franz Ferdinand : Always Ascending

12.Holly Golightly : Box Elder

13.Parquets courts : Wide Awake!

14.Courtney Barnett : Tell me how you really fell

15.Wreckless Eric : Construction time and revolution

Artiste PACA :  Blc Mirrror Club

Les Videos :

Artiste PACA :  Blc Mirrror Club https://youtu.be/1H1KY1rW0ag

Best Of 2018 de L’Oreille Qui Gratte : https://youtu.be/PvYC0hq0VhY

Les Rubriques

Les Annonces de concert : https://youtu.be/b6fQyFKz8CA

Bonus :

Le Champagne de la nouvelle année à L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/A9ndELQfFtI

Continuer la lecture

Best Of 2018 de L’Oreille Qui Gratte

01.Bodega : Can’t Knock The Hustle

02.Tess Park & Anton Newcombes

03.Dralha : A compact cassette

04.The Liminanas : Shadow people

05.The Brian Johnstone Massacre : Somethings else

06.Anna Calvi : Hunter

07.Paul Mc Cartney : Egypt station

08.Idles : Joy As An Act Of Resistance

09.Ty Segall : Freedom’s goblin

010.The Breeders : All Nerve Wait in the Car

011.Franz Ferdinand : Always Ascending

012.Holly Golightly : Box Elder

013.Parquets courts : Wide Awake!

014.Courtney Barnett : Tell me how you really fell

015.Wreckless Eric : Construction time and revolution

016.Dominique A : Toute latitude / La Fragilité

017.Hookworms : Microshift

018.Shame : Songs Of Praise

019.Lemon Twing : Go To School

020.Shotty Horroh : Salt of the heart

La liste de Simon Pégurier http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-simon-pegurier

La liste de Benoît Belasco http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-benoit-belasco

La liste de Gil Tau http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-gil-taurel

Continuer la lecture

Best Of 2018 de Benoît Belasco

1) Drahla – A Compact Cassette

2) Parquet Courts – Wide Awake!

3) Bodega – Endless Scroll
4) Hookworms – Microshift

5) The Brian Jonestown Massacre – Something Else
6) Ty Segall – Freedom’s Goblin
7) Wreckless Eric – Construction Time & Demolition
8) Suuns – Felt
9) The Breeders – All Nerve
10) Anna Calvi – HunterMGMT – Little Dark Age
11) Loük – Space ChickJohnny Marr – Call The Comet
12) Queen Kwong – Love Me To DeathDjango Django – Marble Skies
13) The Liminanas – Shadow People
14) The Landscape Tape – Dissent & Disarray
15) Tess Parks & Anton Newcombe – Tess Parks & Anton Newcombe
16) Blc Mirror Clb – blc mirror clb
17) Holly Golightly – Singles Round-Up
18) Idles – Joy As An Act Of Resistance
19) Franz Ferdinand – Always Ascending
20) Amen Dunes – Freedom
21) Gaz Coombes – World’s Strongest Man
22) Dominique A – Toute latitude
23) Carpenter Brut – Leather Teeth
24) The Fratellis – In Your Own Sweet Time
25) The Legendary Tigerman – misfit
26) Courtney Barnett – Tell Me How You Really Feel
27) M!lls – The Red Pill
28) Shame – Songs Of Praise

29) Feu! Chatterton – L’oiseleur
30) Eels – The Deconstruction

Continuer la lecture

Best Of 2018 de Gil Taurel

1 – Drahla A Compact Cassette

2 – Bodega Endless Scroll

3 – Shotty Horroh Salt Of The Earth

4 – Paul McCartney Egypt Station

5 – Radio Elvis Ces Garçons-Là

6 – Tess Parks And Anton Newcombe Tess Parks And Anton Newcombe

7 – The Brian Jonestown Massacre Something Else

8 – Holly Golightly Singles Round-Up

9 -D ma’s

10 – Anna Calvi Hunter

11 – The Liminanas Shadow People

12 – Tav Falco – Cabaret of Dagger

13 – King TuffThe Other

14 – Ty SegallFreedom’s Goblin

15 – ShameSongs Of Praise

16 – Gerard MansetÀ bord du Blossom

17 – Kurt Vile – Bottle It In

18 – Johnny MarrCall The Comet

19 – Marianne FaithfullNegative Capability

20 – Wreckless EricConstruction Time And Demolition

21 – Alexis HKComme un ours

22 – Amen DunesFreedom

23 – Feu! ChattertonL’oiseleur

24 – Charles BradleyBlack Velvet

25 – Bryan Ferry – Bitter Sweet

26 – HookwormsMicroshift

27 – Simple MindsWalk Between Worlds

28 –Curl – Shapshifters

29 – BLC Mirror CLBFirstEP

30 – Hooka hey – autoprod usa –

Continuer la lecture

On ne saurait se passer des étoiles

« Tous les baisers reçus
Savais tu qu’ils duraient
Qu’en se mordant la bouche
Le gout en revenait »

Les plus belles paroles de chansons de l’année sont signées Bashung/Dominique A et datent de 2008 de là à penser qu’il ne s’est rien passé depuis 10ans voila un grand pas que je ne franchirai pas.

Pour vous donner la preuve du contraire Noel Noel a réalisé un remarquable papier sur ces sorties  de l’année 2018 que vous trouverez ici http://loreillequigratte.com/une-annee-2018-par-noel-noel

Pour nous à l’oreille qui gratte l’événement de l’année bien entendu était  la grande réussite de notre appel participatif qui nous a permis de relancer notre Web Radio www.loreillequigratte.com

Encore merci à vous, votre présence nous a touchés profondément

Comme nous sommes totalement indépendants notre existence reste fragile vous pouvez continuer à nous aider, vous pouvez vous rendre ici http://loreillequigratte.com/nous-soutenir

(Pour plus d’informations on vous propose en ici http://loreillequigratte.com/dans-la-presse les articles que nous a consacré Nice Matin suite au lancement de la nouvelle mouture de notre site)

Au niveau musical nous avons eu toujours autant de coups de cœur dans un style de plus en plus éclectique. L’équipe de l’oreille qui gratte vous dévoilera son Best Of le Mardi 08 janvier à 19h10 sur Agora Cote D’Azur http://agoracotedazur.fr/ mais pour vous mettre l’eau à la bouche voici http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-simon-pegurier déjà la mienne perso.

Vous pourrez vous rendre compte que cette année j’ai beaucoup aimé les filles qui malgré leur fragilité s’assument (Courtney Barnett, Cat Power, Jeanne Added, Anna Calvi…)

A noter un coup de cœur particulier pour Clara Luciani qui succède à Juliette Armanet pour nous proposer une variété française qui ne fait plus rougir.

En littérature Edouard Louis a été un précurseur des Gilet Jaunes avec son court texte « Qui a tué mon père » qui frappe encore plus fort qu’un uppercut. A noter aussi que bien que nous n’aimons plus les livres sur la guerre le « frère d’arme » de David Diop  nous a complètement subjugués.

On savait que Vaclav Havel avait mené le printemps de Prague au son du Velvet Underground le film « Leto » nous montre qu’à l’époque sombre de l’URSS le rock servait déjà de libération

Pour le reste Emmanuel Macron a force d’être ni a gauche ni a droite a déçu la droite et la gauche. 
Mais nous ne sommes pas là pour parler de politique, notre regard porte plutôt vers le ciel et vers les étoiles qui fait qu’à Cuba, A Vence, a Vladivostok, a Reykjavik, a Ouahigouya nous avons le même plafond.
Comme le dit Philip Roth à qui nous rendons hommage sur notre carte de vœux « On ne saurait se passer des étoiles» nous vous en souhaitons une constellation pour 2019.

Meilleurs Vœux

Simon Pégurier
Continuer la lecture

Une année 2018 par Noel Noel

Tant de beaux lieux , de beaux artistes …
Mon best off de l’année , c’est des moments collectés , d’émotions , toujours …

Il fut un temps où je ne laissais rien passer de ce qu’il y avait comme culture alternative , Les Inrockuptibles en chevet , Le soir, c’est Lenoir pour m’endormir , c’était avant … ( quand je pensais que tout bons concerts s’arrêtaient à Marseille )
Puis une soirée du conseil general passa par là , je découvrais Kuta et là une autre histoire commença …
Un peu comme une pelote de laine tout se déroula , se reformait comme une toile d’araignée où chaque artiste , chaque band se touchaient , à un moment , un autre …
Alors de live en live en liens en liens je me senti lié à cette famille dont je n’étais pas , par la proximité ,l’emotion simple qu’elle sait procurer.
En cela je ne pourrais pas , ou plus , vous parler de groupes internationaux pour retracer une année , mais d’émotions locales ( il y a déjà tant à dire , à faire ) …
Et Paf , chronologiquement en janvier ce cette année 2018 il y a le dernier Ep du dit Kuta , coincidence ? je ne crois pas ^^ je vous laisse juge de l’excellence d’une telle densité sur quatre morceaux seulement : https://kuta.bandcamp.com/album/a-brief-history-of-myself-ep
Un des plus grand regret de l’année est de n’avoir pas eu l’occasion de venir au live des Ashtray Service ( premier et unique live serais je plus tard ) , j’ai écouté ce groupe via bandcamp et pour moi il semble une évidence tel un Sparklehorse ressuscité , prions son label Super Issue pour qu’il trouve les bons mots pour qu’il revienne par ici ; https://ashtrayservice.bandcamp.com/album/ashtray-service-2017

Ainsi qu’au premier live à Antibes du duo Azajilly que je vais guetter éternellement https://www.youtube.com/watch?v=exwyklPh-Pw

Dans les plus beaux concerts que j’ai plus voir , les plus intenses il y eut celui donné par Beth.Hirsch ( ma star internationale de l’année ) accompagné de Philippe Balatier et de Pascal Reva pour un set sensible , inoubliable , celui de Sam Karpienia , une transe continuelle et celui de Jane Added en poupée de rhyme troublante sur une scene au milieu de son public .
Mon réel coup de cœur est pour BLC Mirror CLB , Fab joue de la guitare comme trois , Marz joue de la batterie comme trois et pourtant pas du tout à l’étroit comme band , d’un coup ça monte des grands chevaux , ça part en cavalcade , c’est clair , direct , evident , comme la trajectoire de ces deux là , une baffe , continuelle https://www.youtube.com/watch?v=_MC8_dx2LaA

Mon autre réelle baffe locale vient de Persona , c’est du français qui taille dans le vif et les nerfs , du saccadé cutter , il y a là dedans des graines d’Arnaud Michniak , pratiquement du punk-industriel , addict en boucle https://soundcloud.com/persona-164992019/saoul-et-mort

Carré de dames de cœur d’entrée , dès le premier tour , avec les DullBoy , un projet supplémentaire de la panthère aux sept vies  » Babeth  » Massena , un groupe de filles nous avait elle annoncé et c’était avec toute la sympathie et l’envie d’aimer que nous étions au premier live , magistrale demonstration d’un son bien rêche , d’un trip hop sec froissé du plus grand  » the cure  » …pour donner au bout du compte et de travail un clip intense , hypnotique https://www.youtube.com/watch?v=biJ45q0KQ0E&feature=share&fbclid=IwAR1WmesSk9yFUABkUYpeQqbRs50i8E0dMgcH5GpnOwaeCjarw4kvBrJq6ts

La boxeuse de son art La pietà qui pour la première fois est sans masque , sans doute la personne la plus intense , la plus entière qu’on puisse meme pas imaginer , qu’on pense avoir rêvé d’avoir vu une fois en concert , tant c’était bouleversant …
https://www.youtube.com/watch?v=DzbWRA62LXo

https://www.youtube.com/watch?v=ImRWd4bnuHg

https://www.youtube.com/watch?v=GGLleTWqEbA

« L’heavy danse » machine de guerre , encore , Mills , toujours de plus en plus affûtés , incisifs https://mills1.bandcamp.com/album/the-red-pill?fbclid=IwAR3sRaInR-iLTNygfze-wdGTrYFi2XZQDIAE3BDY2MuZ9Ok8po8fkY9xrYE

La fin d’année 2018 a vu pointer la tete de la petite fée de Nice .. la petite fille qui voulait jouer dans les hotel , qui parle aux fourmis , aux elephants , aux baobabs et à son chat travaille depuis deux ans à l’avènement au grand jour de son nouveau monde ( elle qui en avait déjà tant ) . Sa Planet Velcro ( toute recouverte de velcro , justement , ce qui n’est vraiment pas pratique ) est jouissante au possible et pour la survoler il suffit d’une PLUME , sa légèreté d’aile nous porte …
https://www.youtube.com/watch?v=S6D5brPn8Pc

Revisitant les codes de ce que nous avons adoré par le passé du post rock un groupe niçois peint des paysages sonores , par petites touches dresse ses tableaux , nous installe , nous hypnotise un peu et quand ..nous sommes un poil sans nos gardes , c’est d’un coup autre chose , soutenu par une basse continuelle le batteur pose ses demi tours , ses quarts de tours , ses revirements , comme un peintre revisitant son tableau à grand coups de truelle , de pelle , magnifié , soutenu par les guitares , imprimant la vitesse à l’ensemble ,se repose enfin , en fin ….. s’il est une belle premonition First Came The Shadow va tout dépoter , très bientôt …
https://firstcametheshadow.bandcamp.com/album/premonition
.
Si vous me connaissez un peu vous savez que la liste devrait s’allonger un peu ^^ , mais bon , retenez que je ne suis plus spectateur passif de concerts pointus et inaccessible , je suis devenu acteur actif de chaque trésor , la moindre pépite passant à ma portée …
Dans mon idée il faut partager cette émotion là , jamais hésiter , chacun a les outils pour faire de meme , devenir acteur …
C’est plus facile en allant voir l’art de pres , liker la page , écouter l’emission , consulter le site et un pas , c’est vrai …Mais surtout faites vos chemins , soutenez des lieux , des initiatives , des élans pour prolonger leur rayonnement et c’est une bien bonne idée que de s’abonner aux pages de La Matrice, Le Ketje , Chez Pauline, La Zonmé , École d’Arts orange bleue, Le Pigeonnier, Théâtre Lino Ventura Nice Officiel, Imago records & production , K’fé Malté Vence , Concert chez moi , Concert Chez Moi en Pays Grassois , La Cave Romagnan , Diables Bleus Le 29, KOSMA , MJC Picaud – SMAC La Tangente , Hip Hop ‘N Mic, Poetry Slam Nice , Manhattan New bar Live Music , L’Entre-Pont , Festival Crossover , pour tout l’amour qu’ils ont distribué cette année aux artistes et à la part de culture que chacun a le droit de croiser .
Pas celle en becquée recraché par nos feuilles de choux et le désir d’affiches à la hauteur mégalomane de maires dont le prolongement sont des salles froides …
.
Soyez acteurs de ses energies là , de cette vie là , à nos cotés , allez vers et ne gardez rien pour vous , partagez , en nous écrivant ou seulement d’un clic , partagez …

Continuer la lecture

Best Of 2018 de Simon Pégurier

1.Courtney Barnett : tell me how you Really feel

2Idles : Joy as an act of resistance

3.Lemon Twing : Go To School

4.Franz Ferdinand : Always Ascending

5.Alain Bashung : En amont

6.Cat Power : Wanderer

7.Clara Luciani : Sainte Victoire

8.Dominique A : Toute latitude / La Fragilité

9.Jacco Gardner : Somnium

10.Tess parks and The Antom Mewcombe

11.Gonzales : Solo Piano III

12.The Breeders : All Nerve

13.Jeanne Added : Radiate

14.Feu ! Chatterton : L’oiseleur

15.Gerard Manset : À bord du Blossom

16. Paul Mc Cartney : Egypt Station

17. Shame : Songs Of Praise

18.Eddy de Pretto : Cure

19.The Liminanas : Shadow People

20. Dralha : A compact Cassette

21.Parcels

22.Bodega : Endless Scroll

23.Johnny Marr : Call The Comet

24.Radio Elvis : Ces garçons-là

25. Mills : The Red Pill

26.Parquet Courts : Wide Awake!

27. Bill Ryder Jones: Yawn

28. Paint

29.Anna Calvi : Hunter

30.Grand Blanc : Image au mur

Continuer la lecture

Hommage à Pete Shelley (Leader des Buzzcocks)

Pete Shelley est décédé la semaine dernière à 63 ans

Après avoir découvert les Sex Pistols sur scène Pete Shelley et son copain De Voto, décidèrent de former un groupe et avant même de dénicher des musiciens pour les accompagner, ils entreprirent d’inviter les Pistols à Manchester, pour le plaisir de les voir se produire et de faire leur première partie !

Il forme donc les Buzzcocks en 1976 à Manchester et est considéré comme l’un des précurseurs de la mouvance punk.  Mais ils sont aussi les précurseurs des autoprod : Avec de l’argent qu’ils avaient emprunté, ils ont été le premier groupe à s’émanciper des maisons de disques en sortant le disque Spiral Scratch en 1977.

Il dit « On voulait juste faire un disques pour nos potes» Et c’est comme cela qu’est né leur premier single Spiral scratch. « Il fallait vraiment être taré pour faire une chose pareille », explique Pete Shelley. « Ca ne se faisait pas à l’époque : c’étaient les maisons de disques qui étaient censées faire des disques et pas les groupes. Mais on s’est rendu compte que les fabriques pouvaient le faire pour nous. On a d’abord pressé mille exemplaires avant d’en faire un peu plus ».

Pete Shelley était le symbole d’une sorte d’existentialisme où il n’était jamais temps d’attendre les puissants, mais d’agir.

Les Buzzcocks, ont révolutionné la scène anglaise des s 70’ et ont fait partie avec les Sex Pistols, The Clash, the Damned, the Stranglers  les Jam …de ceux qui ont changé l’histoire  du rock iconoclaste : Le mouvement punk… Notons qu’à cette époque deux Français évoluaient outre-manche : Little Bob Story et au démarrage de The Police ; Henry Padovani (Corse et Niçois).

Les Buzzcoks ont contribué à la création de la scène cold-wave de Manchester et ont même conseillé le groupe de Joy Division à ses débuts.

En 1981, le groupe se sépare et Pete Selley se lance alors dans une carrière solo, où il utilise surtout des synthétiseurs et des boîtes à rythmes, mais sans grand succès.

Ils se reformeront et sortiront des disques jusqu’en 2014

Gil Tau
Continuer la lecture

Fontaine Wallace

Mais pourquoi ce nom ? Explication : savez-vous ce que sont les Fontaines  Wallace ? Et bien ce sont des points d’eau potable publics, image symbolique des villes et de Paris en particulier, ces fontaines se présentent sous la forme de petits monuments en fonte d’environ trois mètres de hauteur.

Et comme le suggère ce nom, le groupe est Parisien. Dans leur disque la ville est omniprésente, mais la tension urbaine y est décrite avec un imaginaire foisonnant et fantaisiste.

Les titres s’enchainent en une belle galerie d’histoires, où le groupe s’affranchit des codes en devenant eux-mêmes les personnages de leurs textes. Très bon rock Français, donc, pour ce quatuor dont certains des musiciens sont déjà connus car issus des excellent Superflu ou Luke.

Habiles dans l’art d’élaborer des chansons pop accrocheuses, décrivant la noirceur du quotidien, Fontaine Wallace nous fait partager son spleen littéraire et enthousiasmant. Dans les détours d’un album complexe mais au phrasé direct, on se laisse finalement entraîner sans effort par la nonchalance caressante de la voix un brin traînante de Nicolas Falez que l’on retrouve, toujours en mode parlé-chanté, dans ce disque.

Après Feu Chatterton et Radio Elvis, voilà encore un groupe Français qui fait honneur à notre belle langue et c’est bien réconfortant.

Épatant premier album délicat et incisif, en français pour ce groupe pop rock Parisien.

Le premier album de Fontaine Wallace s’achève par ces mots ironiques :

« Trop de chanteurs. Trop de chanteuses. Alors je vais me taire. Et la mettre en veilleuse »

Gil Tau
Continuer la lecture

Dralha : A compact Cassette

Nous avons découvert ce trio Anglais grâce à Alex (KTM)

Ce groupe fraîchement débarqué de Leeds débute l’an dernier, par la sortie quasi simultanée de deux singles, Fictional Decision et Faux Text.

Drahla c’est une fille (Luciel Brown) au chant, à la guitare ou à la basse, un gars (Rob Riggs) au chant, à la guitare ou à la basse et un autre gars (Mike Ainsley) au chant et à la batterie.

Après ces deux singles, le trio de Leeds sortira son premier album chez Wichita Recording l’an prochain.

Voyons de plus près ces 2 disques Fictional Decision single 7’’ publié le 17 mars dernier. Face A – La section rythmique rappelle les Pixies dans sa simplicité avec la guitare qui explose à intervalles réguliers, Luciel Brown est au chant, c’est doux et entêtant : super !  Face B, le chant est masculin, le ton se durcit sur Dog Collar Guillotine a l’étiquette post-punk et un univers plus incisif.

Ensuite sort Faux Text, second single 7’’ qui apporte un nouvel éclairage sur le trio, une nouvelle tonalité qui rajoute de l’épaisseur à l’atmosphère de Drahla. Il y a l’ajout d’un saxophone c’est aussi toute une approche plus noisy que développe le groupe, démontrant leur talent pour écrire des morceaux addictifs.

Drahla s’est imposé comme un groupe formidable et a trouvé son identité dans la scène musicale du Yorkshire avec un son à la fois minimaliste et brutal, avec une basse puissante. On leur demande alors de partager des scènes avec des groupes comme Parquet Courts, Buzzcocks, Hookworms, etc…

Un EP  produit par MJ de Hookworms, est sorti fin 2017 sous le label Blank Ad du groupe, suivi de leur première tournée européenne.

Luciel ajoute : « Comme nous ne sommes pas des musiciens qualifiés, il est parfaitement possible de dire : oui, recycler le passé peut faire du neuf »

Mais le point fort peut aussi être attribué à sa voix, presque enfantine, vive,  en opposition au gros son.

Bien que le premier album ne soit pas encore enregistré, le trio a compilé toutes ses parutions (les deux sept pouces et l’EP) ici sur une cassette « A Compact Cassette« . Toute la production de Drahla s’inscrit ici dans ces huit chansons. Mais ce n’est que le début.

Belle originalité avec un passé aussi présent

Gil Tau

Continuer la lecture

# 745 Yuzu !

L’Oreille Qui Gratte # 745

Invité :  Yuzu !

Album de la semaine : Dralha : A compact Cassette

Le Mardi 11 Décembre 2018

Dralha : Fictional Decision

Dralha : Silk Spirit

Fontaine Wallace : Sagittaire

Yuzu ! : Rott-Käppchen

Yuzu ! : Suck It Up

Dralha : Burden of proof

Lone Redneck : Train of Love

 Wildsofa : bundy’s boat

Duke tape : rich kids

Yuzu ! : Erase Your Head

Yuzu ! : Fell In Love With A Girl (Cover White Stripes)

Buzzcocks  :   Ever Fall in Love

Dralha : Dog Collar guillotine

Yuzu ! : French fries

Les Videos

Yuzu !

–  Rott Käppchen : https://youtu.be/eLcNdZl2tqo

–  Erase Your Head https://youtu.be/rchGuXBSCHA

–   Fell In Love With A Girl (Cover White Stripes) https://youtu.be/oKzrkDfQnLg

–   Yuzu ! sur une Ile Déserte https://youtu.be/5vg2TvsHb1I

 –  Session acoustique de Yuzu ! pour L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/6n2QHnMo9-8

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Dralha : A compact Cassette https://youtu.be/nu9qDjd7KOM

– Autoproduction : Fontaine Wallace  https://youtu.be/nNpymIprM3U

– A venir : Lone Redneck https://youtu.be/J3Neu_yIrYE

– Les annonces de concert : https://youtu.be/UHUw22YPnz8

– L’Histoire du rock :  Hommage à Pete Shelley (Leader des Buzzcocks) https://youtu.be/izZrseOw5Aw

Continuer la lecture

# 744 Lone Redneck

L’Oreille Qui Gratte # 744

Invité :  Lone Redneck

Album de la semaine : J D Mc Pherson : Undivided Heart & Soul

Le Mardi 04 Décembre 2018

J D Mc Pherson : Bloodhound Rock

J D Mc Pherson : Lucky Penny

Long Chris : je te salue vieil ocean

Lone Redneck :  Road to dixie

Lone Redneck : Mississippi burning

J D Mc Pherson : Cryng’s just a Thing you do 

MC Solaar :  Super Gainsbarre

Lone Redneck : Faire un pont (Cover Dick Rivers)

 Dick Rivers :  Elvis avait l’air d’un ange

Lone Redneck : Train of love

Lone Redneck : The outlaw

Les chats Sauvages  :   Trois en Amour

J D Mc Pherson : Under The Spell Of City Lights

Contact :

Lone Redneck
loneredneck1@yahoo.fr
claude.lever@gmail.com
www.loneredneck.com

Long Chris 

milanorecordslabel@gmail.com

Les PodCast :

http://agoracotedazur.fr/category/loreille-qui-gratte/

Les Videos

Lone Redneck

–  Road to Dixie https://youtu.be/nlULMb6EO_s

–  Mississippi burning https://youtu.be/HKPN7R5FhE0

–  Faire un pont (Cover Dick Rivers) https://youtu.be/-rOIwT7V-pw

–  Train of love https://youtu.be/rZllDLoe8-Y

–  The outlaw https://youtu.be/hKjPr_neDrU

–   Lone Redneck sur une Ile Déserte https://youtu.be/rbQgVez0SPM

 –  Session acoustique de Lone Redneck pour L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/pwCCt4nVNPQ

Les Rubriques :

-Album de la semaine : J D Mc Pherson : Undivided Heart & Soul http://loreillequigratte.com/j-d-mc-pherson-undivided-heart-soul

– Autoproduction : Long Chris https://youtu.be/2rUyAMfgcqM

– A venir : MC Solaar https://youtu.be/JTJIY3FwBVI

– Les annonces de concert : https://youtu.be/YyB8GcFiPec

– L’Histoire du rock Les cahots sauvages  https://youtu.be/bPcycRrdHMA

Continuer la lecture

J D Mc Pherson : Undivided Heart & Soul

Les mécréants que vous êtes s’en foutent royalement, mais sachez que ça fait plus de 60 ans que le rock est né et en particulier grâce à Elvis Presley .

Mais parlons de Mc Pherson…Né il y a une quarantaine d’années dans le ranch familial à Broken Arrow (Oklaoma), il lui fallait s’occuper au milieu de ces 160 ha de campagne… Alors il a découvert la musique des pionniers Little Richard, Jerry Lee Lewis, Eddie Cochran, Buddy ­Holly, Gene Vincent, et ça va tout changer pour lui.

Il y a 4-5 ans ce J D Mc Pherson, inconnu ici même, nous avait emballés avec le rock’n’roll au parfum old school de son album « Let The Good time Roll ».

On pouvait se dire qu’un album revival suf­fit amplement, et bien voilà que le bonhomme récidive en reproduisant miraculeusement le même effet. Undivided Heart & Soul, disque aux onze pépites ­allant du rock endiablé au boogie poisseux en passant par le slow déchirant et le swing rockabilly, nous envoie comme un souffle bienfaisant.

Nulle prétention ni emphase chez JD McPherson et ses acolytes, tous musiciens accomplis et dévoués à la cause d’un salutaire beat primaire, de riffs concis et contemporains, petits solos dans des titres très Rock. Le son brut, les arrangements et la voix sans âge de JD McPherson nous propulsent dans un rêve de rock intemporel.

Dans la vidéo du premier extrait de l’album “Lucky Penny”, McPherson peut être qualifié de « réinventeur rock suprême ». Ce clip présente McPherson et son groupe en train de jouer la chanson au RCA Studio B de Nashville. Le légendaire Studio B était primordial dans la création de ce « son de Nashville », qui résonne encore des « Are You Lonesome Tonight? » d’Elvis Presley ainsi que Chet Atkins, the Everly Brothers ou Dolly Parton … Comme le lieu est un musée en journée, tout le matériel de McPherson devait être réinstallé chaque soir ; les sessions avaient donc lieu la nuit.

Tout l’album finalement très moderne plonge le rock’n’roll des origines dans un vivifiant bain de jouvence, avec une joie communicative et un son rutilant qui l’exonère de passéisme. L’album idéal pour écouter cet été sur la route entre Memphis et la Nouvelle-Orléans…

La pochette de l’album arbore un loup genre Tex Avery et on n’a qu’une envie : c’est crier Whaouuuh !

Gil Tau

Continuer la lecture

# 743 La Banda a Cana

L’Oreille Qui Gratte # 743

Invité :  Kill The Moose

Album de la semaine : Shotty Horroh : Salt Of The Earth

Le Mardi 27 Novembre 2018

Radio Elvis : La sueur et le sang

Radio Elvis :  Ces garçons là

JEF : L’Onyx

La Banda a Cana : Sies pas soulet CD # 5

La Banda a Cana : Leva ti dou mitan

Radio Elvis : Selon l’inclinaison

What a Zoï  : Pimkie Kookaï  

 Yves Jamait : Prendre la route

La Banda a Cana : Coura ti vèhi

La Banda a Cana : Per lu amic

La Banda a Cana : Stand by me

Yann Tiersen & Noir Désir :   Ces Gens là (hommage Brel)

Radio Elvis : Ce qui nous fume

Contact :

La Banda a Cana

06 88 00 12 16

jm.cana@wanadoo.fr

https://www.facebook.com/La.Banda.a.Cana/

JEF

jef@lemondedejef.com

What a Zoï  :

www.facebook.com/whatazoi

whatazoi@yahoo.fr

Les Videos

La Banda a Cana

Leva ti dou mitan https://youtu.be/1GPr2l6u_gE

Coura ti vèhi https://youtu.be/kbyP5GPtK1c

Per lu amic https://youtu.be/zoN5cRT5POI

Stand by me (Cover Ben E. King) https://youtu.be/DVNOKDi4EeY

–   La Banda A Cana sur une Ile Déserte https://youtu.be/D4M_kfJSl9U

 –  Session acoustique de La Banda A Cana https://youtu.be/2ZszWp7abWY

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Radio Elvis  : Ces garçons là http://loreillequigratte.com/radio-elvis

– Autoproduction : JEF https://youtu.be/39KdrVoZ_z4

– A venir : What a Zoï https://youtu.be/tuM89sixJt8

– Les annonces de concert : https://youtu.be/0vwdVvce1FM

– L’Histoire du rock Hommage a Jacques Brel https://youtu.be/D4M_kfJSl9U

Continuer la lecture

Radio Elvis

Originaire du Poitou, Radio Elvis (alias Pierre Guénard) fut longtemps connu comme slameur mais délaissant rapidement la tchache il décide de monter son groupe de rock sur Paris avec 2 compères… Et ce trio rock français s’est imposé dès sa formation il y a 4 ans. L’an dernier ils ont même récolté un beau succès lors des Victoires de la Musique avec le prix de l’album révélation de l’année pour « Les conquêtes » leur 1er album.

Mais voilà… quand arrive le 2eme disque après un tel plébiscite, il y a pour l’artiste la peur de faire moins bien ou la tentation de ne faire qu’un copier-coller pour se rassurer… (cf Jeanne Added et pire, Chris !) mais Radio Elvis n’a pas failli et se permet, ici, de faire mieux encore. Un sans-faute absolu.

Radio Elvis n’a rien laissé de côté, ils placent la barre très haut. Ce disque est brillant et fait beaucoup de bien à la chanson française. Dans une approche très classe de la musique pop, Radio Elvis tisse sa toile rock. Les parisiens utilisent, avec de très belles compositions, une langue française tout à fait littéraire. Et ça fait du bien !

Avec Ces garçons-là, la question de la virilité est au cœur du propos, et permet au groupe d’évoquer des souvenirs douloureux au fil des morceaux : « C’était un été ordinaire / Ces garçons-là étaient gentils / Trouvaient toujours les mots pour plaire / Moi je me cachais pour écrire (…) J’étais ce garçon ordinaire, Avec son histoire à écrire».

Il leur suffit d’une phrase pour résumer le titre de l’album : « Ces trois garçons-là, c’est Radio Elvis et ils s’assument tels qu’ils sont, peu importe qu’ils soient virils ou efféminés, car c’est beaucoup plus complexe que ça« . Auteur, chanteur, Pierre Guénard ne joue pas à être un autre, toujours avec les mêmes amis, Manu Ralambo et Colin Russeil.

Les trois de Radio Elvis ont sûrement créé leur deuxième album avec une idée claire de ce qu’ils voulaient, entre pop-rock et chanson française, sans aucune barrière d’étiquette : « On voulait quelque chose de très direct, dans les mots et la musique. On n’avait pas envie de se cacher, de paraître plus intelligents ou très forts ».

Toujours juste, simple, droit. Epurer des morceaux qui ne se ressemblent pas, tel semble avoir été le but de Radio Elvis

Voix nue, sonorités mates, lyrisme maitrisé, le parallèle avec Dominique A saute aux oreilles dès les premières paroles. On retrouve des mélodies tarabiscotées et vite prenantes, des arrangements très rock et brutaux prenant au fil du temps de l’ampleur.

Ce magnifique deuxième album prouve que Radio Elvis n’a pas encore appris à décevoir et c’est tant mieux !             

Gil Tau
Continuer la lecture

Qui se souvient…? Ekova

Qui se souvient…?

Qui se souvient d’Ekova, cette rencontre improbable entre Dierdre, chanteuse américaine, Arash, percussionniste iranien et Medhi, luthiste algérien qui a donné naissance à l’un des projets les plus audacieux des 90’s ? Il me semble aussi compliqué à l’heure actuelle de rencontrer des nostalgiques que de savoir ce que le groupe est réellement devenu depuis la sortie de Space Lullabies & Other Fantasmagore en 2001. 

Difficile pourtant, de rester indifférent à l’écoute de ses deux uniques albums (sans compter  Soft Breeze & Tsunami Breaks qui n’est qu’une compilation de remixes) et plus particulièrement du premier, Heaven’s Dust sorti en 1998.  

Il était forcément inévitable qu’une telle différence de cultures au sein du trio ne puisse qu’engendrer un panel de compositions atypiques, mais il fallait également compter sur leurs influences (peu) communes et leur créativité sans limite. Une musique à part donc, mais aussi une volonté de Dierdre de chanter la majeure partie du temps… sans parole. On ne peut pas vraiment parler d’invention comme cela fut le cas avec le kobaïen de Christian Vander, puisqu’elle décide simplement de se libérer dans son expression par le biais d’une langue purement musicale, dont la signification ne trouverait place que dans sa manière de chanter. Une véritable expérimentation sur la musicalité des ses « mots », dans une sphère où ses syllabes et ses onomatopées se mélangent à des instruments aussi rares et nobles que le guembri, l’oud ou le mbira, là où la musique celtique se mêle au folklore maghrébin, où les chants chamaniques épousent des mélodies folk. Heaven’s Dust est une merveille hybride arborant injustement l’étiquette insensée de « musique du monde », alors qu’il s’agit ici d’une musique de plusieurs mondes, plusieurs dimensions. C’était le début d’un projet aussi inédit que beau. Une beauté qui demeure chez son successeur, mais qui, à mon humble avis, se retrouve légèrement dénaturalisée par l’utilisation des machines. 

Il y a eu par la suite quelques collaborations (notamment avec Lofofora ou encore Enki Bilal dans la cadre de son album dessiné Le Sommeil du Monstre) et des projets parallèles, mais plus aucun signe d’Ekova, formation cruellement sous-estimée qui avait tout pour aller loin, très loin. Au point d’accompagner The Cure lors de leur tournée française au début de notre millénaire. Peut-être que notre ère n’était pas suffisamment inspirante pour ces trois magiciens d’un autre temps. 

Sandra Cillo-Boyer 

Continuer la lecture

# 741 M!lls

L’Oreille Qui Gratte # 741

Invité :  Mills

Album de la semaine : Tess Parks And Anton Newcombe

Le Mardi 6 Novembre 2018

Tess Parks And Anton Newcombe : Life After Youth

Tess Parks And Anton Newcombe : Please Never Die

The Landscape Tape : Last Chance To Score

Mills :  Sex with Robot

Mills : Marionette

Tess Parks And Anton Newcombe : Bindle

HollySyz : Unlimited

 Drahla :  Fictional Decision

Mills  Looping

Mills  Peaky

Mills  Heart-shaped box (Cover Nirvana)

Jacqueline  Taieb : 7h du matin

Tess Parks And Anton Newcombe : Die Neue Welt

Les Videos

Mills

 Peaky https://youtu.be/0Rb9JDtuD3A

–    Loop https://youtu.be/4-1KRpb4YAI

–   Marionette https://youtu.be/TQ1IJM6sa_g

–  Heart Shaped Box (Cover Nirvana) https://youtu.be/8d4ndqnstbQ

– M!lls sur une ile déserte https://youtu.be/xseGya9w-qs

–  Session acoustique de  M!lls pour L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/ZeK5n79IwH0

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Tess Parks And Anton Newcombe http://loreillequigratte.com/tess-parks-anton-newcombe

– Autoproduction : The Landscape Tape https://youtu.be/gr-tDqax-9w

– A venir : HollySyz https://youtu.be/8VprYQ_FfEA

– Les annonces de concert : https://youtu.be/7Zoh97-HQWw

– L’Histoire du rock : Jacqueline Taieb https://youtu.be/wdMmFh0NQ8M

Continuer la lecture

# 742 Kill The Moose

L’Oreille Qui Gratte # 742

Invité :  Kill The Moose

Album de la semaine : Shotty Horroh : Salt Of The Earth

Le Mardi 13 Novembre 2018

Shotty Horroh : Alien

Shotty Horroh : Franck & stein

Regard Oblique : Il Semblerait

Kill The Moose : From here to now

Kill The Moose : Fall from space

Shotty Horroh : Shudehill

Kimberose : I’m Sorry

Kevin Shields : City Girl

Kill The Moose : From here to now

Kill The Moose :  the world is your oyster

Kill The Moose : Suzanne (cover du groupe Moose)

Big Star :   Mod Lang

Shotty Horroh :  Wish You Well

Les Videos

Kill The Moose

–   Fall from space https://youtu.be/Go_hHjSCpfE

–  From here to now https://youtu.be/DyLcQY6RWsU

–   The world is your oyster https://youtu.be/CbMFukwOAZE

–   Kill The Moose sur une Ile Déserte https://youtu.be/h0Dvyozw8pQ

–  Session acoustique de Kill The Moose  pour L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/LWrGtykapds

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Shotty Horroh : Salt Of The Earth http://loreillequigratte.com/shotty-horroh-salt-of-the-earth

– Autoproduction : Regard Oblique http://loreillequigratte.com/regard-oblique

– A venir : Kimberose https://youtu.be/iEh5rp1Z0fI

– Les annonces de concert : https://youtu.be/MmZ4QOOUNR8

– L’Histoire du rock Big Star http://loreillequigratte.com/big-star

Continuer la lecture

Big Star

La semaine dernière je vous causait des titres entendus en 1967 et j’avais évoqué The BoxTop dont le leader était un certain Alex Chilton – quelques années après, début seventies, il créa Big Star à Memphis.

Big Star fut donc formé en 1971 par Alex Chilton, et Chris Bell. Accueillis plutôt fraichement lors de leur courte carrière, ils enregistrent seulement trois albums avant de se séparer en 1974. En fait Chris Bell a quitté le groupe après la sortie du premier album édité chez STAX , enfin il est mort dans un accident de voiture avant même la fin du groupe.

Mais malgré tout, ils sont cités depuis comme ayant eu une influence majeure sur des dizaines de groupes rock Anglo saxons, de R.E.M. à Flaming lipps, Cream ou les Rolling stones par exemple.

Alex Chilton a poursuivi seul sa carrière. Il a entre autres produit l’album Songs the Lord Taught Us des Cramps. Et aussi le 1er groupe Punk féminin Klitz.

Vient ensuite l’épisode Panthers Burns avec Tav Falco. A noter qu’il a produit les Panthers Burns et les Gories pendant cette période. (distribué en France sur le célèbre label New Rose)

Big Star s’est reformé en 2005 mais la mort d’Alex Chilton, foudroyé par une crise cardiaque le 17 mars 2010, met donc un point final à l’aventure du groupe.

Gil Tau

Continuer la lecture
Fermer le menu