# 749 Andrea Salmaso

L’Oreille Qui Gratte # 749

Invité :  Andrea Salmaso

Album de la semaine : Kurt Vile :  Bottle It In 

Le Mardi 26  Février 2019

Kurt Vile : Loading Zones

Kurt Vile : Check Baby

Wild Sofa : Bundy’s Boat

Khame : Born to die blues

Andrea Salmaso : Walking blues (Cover Son House)

Andrea Salmaso : Last sent I have 

Kurt Vile : Hysteria

Kitchies  : Too Late

 Bob Dylan : It alright ma

Andrea Salmaso : Burning everything

Andrea Salmaso : The path That I don’t Have

Andrea Salmaso : Campo santo

Kurt Vile : One Trick Ponies

Les Videos

Andrea Salsamo :

– Walking blues (Cover Son House) https://youtu.be/Sq6GlT6gKdM

Last sent I have https://youtu.be/pI4CG2Detn8

Burning everything https://youtu.be/FO2MUI4O27k

– The path That I don’t Have https://youtu.be/tD6lF9GtjLk

– Campo santo  + Ile deserte https://youtu.be/XsCwH9Y6eNU

–  Session acoustique d’Andrea Salmaso https://youtu.be/nSVOfdqFGqE

– Bonus Live : https://youtu.be/T1XnwDtT8_w

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Kurt Vile  : Bottle It In http://loreillequigratte.com/kurt-vile-bottle-it-in

– Autoproduction : Wild Sofa https://youtu.be/iiq5vDY2_QY

– A venir :  Kitchies https://youtu.be/td5G6sd62dM

– Les annonces de concert : http://loreillequigratte.com/les-annonces-concerts-749-le-26-fevrier-2019

– Coup de projecteur sur Ma matinale.fr https://youtu.be/RX2Ecx_HS3k

Continuer la lecture

Les Annonces concerts # 749 (Le 26 Février 2019)

DATE

GROUPE

Lieux / Salle

Ville

Dép

Heure

Je 28 Fev

Shaky things

Le ketje

Nice

 

20h30

Je 28 Fev

1st Came The Shadow +Land of conifer +Swivel Circle

Altherax

Nice

 

20h

Ve 01 mar

Adam & The Madams

Médiathèque (Louis Notari)

Monaco

 

19h

Ve 01 mars

Ouverture Fest Amnesty Inter avec HK& les Saltimbanques

La Zonmé

Nice

 

20h30

Sa 02 mar

Adam & The Madams

CCM nice

Falicon

 

19h

Sa 02 mar

Kitchies + MLNHDZ + MEMZ

Black box

Nice

 

21h

Continuer la lecture

Kurt Vile : Bottle It In

On ne le cache pas, à l’OQG on aime bien Kurt Vile. Le folk-rock qu’il nous propose depuis une décennie et son attitude sans prétention ; tout nous plaît chez le bonhomme…

Enfant, il reçoit en cadeau un banjo d’occasion, il en gratte alors les cordes comme s’il s’agissait d’une guitare. Cette pratique du banjo le poussera ensuite à jouer de la guitare en « open tuning »(accordage non conventionnel de la guitare). Il est inspiré par la musique folk et le delta blues que son père lui fait découvrir et déclare avoir été influencé par tous les grands compositeurs rock, comme Bruce Springsteen, Neil Young et Bob Dylan.

Kurt Vile est à sa manière, un symbole de l’Amérique et ce natif de Philadelphie s’est taillé une place de choix sur la scène indépendante : des compositions soignées, un brin de mélancolie, un touché de corde inimitable et la figure omniprésente du voyage ; fendant les routes en bagnole mais sans quitter des yeux sa Fender. L’esthétique du road trip imprègne ses compositions touchées par le feu magique de sa guitare.

Voilà que Kurt Vile nous est revenu il y 3 mois avec un 7e album intitulé Bottle It In, après l’excellent disque avec Courtney Barnett paru en 2017et que l’on avait adoré aussi et classé dans nos best-of, bien sûr.

Bottle It In, c’est toute une mythologie folk rock dispensée tout au long de ce très bel album. Et même si les bagnoles sont de toutes ses vidéos, la guitare reste heureusement l’élément central.

Bottle It In est un disque inspiré par la fuite, les voyages et les incessants déplacements, si caractéristiques de la vie des tournées. Vile a enregistré son album aux quatre coins des États-Unis et si le gars déclame plus qu’il ne chante il sait aussi se faire aider par quelques réalisateurs comme Rob Schnapf (prod Elliott Smith, The Vines), entre autres. Et de plus, il a invité quelques pointures du rock américain afin de l’escorter dans cette nouvelle aventure : par exemple Cass McCombs, et Kim Gordon !

Disque atypique puisque, 4 chansons à elles seules, occupent un total de 40 minutes de l’album qui en dure 80. C’est d’ailleurs sur ces formats longs (Bassackwards, Bottle it in, Skinny Mini) que Vile séduit le plus, à la manière d’un Neil Young qui exploite une idée, un riff, jusqu’au bout…

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin : Le sommet de l’album est sans conteste, “Check Baby”  Mais écoutez ce disque et donnez-nous votre avis, cela nous intéresse ! 

Gil Tau

Continuer la lecture

Les annonces de concert # 748 (Le Mardi 5 Février 2019)

 

DATE

GROUPE

Lieux / Salle

Ville

Dép

Heure

Ven 08 fev

Philippe Cara

K fé Malté

Vence

06

20h30

Sa 09 fev

Reggae avec InfraRoots+Alter Faya+Pulla

ECA 500

Grasse

06

19h

Sa 09 fev

The Skalipsouls

La Zonmé

Nice

06

21h

Sa 09 Fev

Jessica Smith

Pauline

Nice

06

20h

Sa 16 fev

The Friendly Live – PGM +Cheyen+Maze’s mood+Wild sofa+Mills

La Licorne

Cannes

06

18h

Ve 22 Fev

Dullboy + Olaby

La Zonmé

Nice

06

21h

Continuer la lecture

Bertrand Belin Persona

Bertrand Belin, c’est l’hyper actif de la culture musicale contemporaine…Il a composé la B O d’une dizaine de films, il a sorti 7 disques et participé à de nombreux projets musicaux et participations diverses, je citerai Dick Annegarn , Nosfell,  J P Nataf, The Liminanas et bien d’autres, il est aussi producteur de Fiodor Dream Dog et même comédien au théâtre et au cinéma…ouf !

« Ce que je chante c’est ce que je vois, ce que j’écris c’est ce que je pense… » Bertrand Belin, vient de sortir simultanément un superbe album, « Persona » le 6eme ; et un roman, « Grands carnivores« , son 3eme, paru chez P.O.L.

« Persona », l’assoit un peu plus dans le PAF comme « un » héritier de Bashung, disparu il y a dix ans, autant en raison de l’intonation singulière de sa voix que pour le goût partagé d’une poésie succincte et décalée.

Succédant à « Cap Waller » (2015), « Persona » voit donc son auteur revenir à certains thèmes qui l’obsèdent depuis 15 ans, tels : la solitude, la rudesse du monde, la fuite du temps…

« Mes obsessions restent les mêmes, mais le champ se déplace. Mes premiers disques faisaient déjà beaucoup état de ces questions-là, mais elles étaient situées dans un environnement qui était le plein air, Il n’y avait pas l’urbanité, si présente dans cet album avec toute la férocité que ça suppose ». B Belin dit aussi « Quand on essaye de comprendre comment fonctionne le monde, peut-on voir les choses ? On nous parle de la finance, d’économie internationale, du CAC40, des bulles spéculatives… Mais il faut être un spécialiste pour comprendre quelque chose à ça ! Pour saisir comment marche le monde, il suffit de baisser les yeux dans la rue et on a tout de suite le résultat ».

Dans « Persona », Bertrand Belin épure plus que jamais son style. Un souci de précision, du minimum d’effet, qu’il applique aux textes comme à la musique, avec une grande place accordée aux silences… C’est en fait extrêmement parlant, forcément…

Avec Persona, il est passés du figuratif à l’abstrait ; une abstraction qui aurait besoin de tout un vocable … Mais, pour moi, Belin est dans la bonne direction, je dirai que c’est là qu’il sait fouiner, fouiller dans ses mots.

Oui, il faut mériter B Belin, la voix même, qui semble en difficulté à sortir de sa bouche. Les mots sont réduits à leur plus simple expression. Il y parle d’un mouvement oscillant, quasi perpétuel, avec du glissé, du redressé, nous donnant l’image d’un homme qui cherche à être en phase avec son monde.

Le Breton nous a largement donné un aperçu de son opus de 13 morceaux au gré de singles qui nous ont laissés Sur le cul, pour reprendre le titre de l’un d’entre eux

Gil Tau

Continuer la lecture

# 748 Jean Luc Bruyas

L’Oreille Qui Gratte # 748

Invité :  Jean Luc Bruyas

Album de la semaine : Bertrand Belin : Persona

Le Mardi 05 Février 2019

Bertrand Belin : De corps et d’esprit

Bertrand Belin : Choses Nouvelles

Jessica Smith : Drown in You

Jean Luc Bruyas : Chanson pour Sevan

Jean Luc Bruyas : Le Bal poussière

Bertrand Belin : Nuits Bleues

The Skalipsouls : Id like to know

 Claude Nougaro : Tu Verras

Jean Luc Bruyas : Cupidon

Jean Luc Bruyas : La manche

Jean Luc Bruyas : Me duole la cabessa

Jean Luc Bruyas : La princesse et le croque note (Georges Brassens Cover)

Bertrand Belin : Sur Le Cul

Les Videos

Jean Luc Bruyas

–  Le bal poussière https://youtu.be/X1ZaJEdV2u0

Cupidon https://youtu.be/iQTMMb_VpcM

La manche https://youtu.be/-O7x-XzpI0M

Me duole la cabessa https://youtu.be/1L_cRCd2H-k

La princesse et le croque note (Georges Brassens Cover) https://youtu.be/LzkCVflVVEE

–  Jean Luc Bruyas sur une Ile Déserte  https://youtu.be/4k7YySb6M7k

 –  Session acoustique de Jean Luc Bruyas pour L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/RAm1jen8VFQ

–  Lecture « Don Juan » de Joseph Delteil https://youtu.be/JhcjhVJy7M8

–  Lecture de « Le voyage de Gaëtano Batticuore » https://youtu.be/yFIV4Gyb9KM

& https://youtu.be/NeJwaHVOBKM

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Bertrand Belin :  Persona https://youtu.be/I5ytHZ2cTqI

– Autoproduction : Jessica Smith https://youtu.be/Iizn062SGeA

– A venir :  The Skalipsouls https://youtu.be/ME23wyZh1Xk

– Les annonces de concert : https://youtu.be/nE3IJlDjTxw

Continuer la lecture

# 747 Melchior Liboà

L’Oreille Qui Gratte # 747

Invité :  Melchior Miboà

Album de la semaine : Big Joanie : Sistahs

Le Mardi 22 janvier 2019

Big Joanie : It’s You

Big Joanie : New year

Dino Farfisa : La Notte Dello Zombie

Melchior Liboà : Celle Qui est seul

Melchior Liboà : Les années 80

Melchior Liboà : Les filles en noires

Big Joanie : Used to be friends

Benoit & la lune : La vie est un Acte de piraterie

 Kevin Morby : Harlem Rivers

Melchior Liboà : +

Melchior Liboà : The One I Love (Cover R.E.M.)

Betty Davis : They Say I’m Different

Big Joanie : Way Out

Les Videos

Melchior Liboà 

–  Les années 80/ Les filles en noir https://youtu.be/5BZFW5SL8XU

–  + https://youtu.be/Z4FJUREpwLM

–   The One I Love (Cover R.E.M.) https://youtu.be/WDwdkO0BPmM

–   Melchior Liboa en prison https://youtu.be/TOiHzm2jync

 –  Session acoustique de Melchior Liboà pour L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/YF_hbJF75Pw

Les Rubriques :

-Album de la semaine : Big Joanie : Sistahs http://loreillequigratte.com/big-joanie-sistahs

– Autoproduction : Dino Farfisa : http://loreillequigratte.com/dino-farfisa-and-the-fuzz

– A venir : Benoit Et la Lune : https://youtu.be/FW37hvgiPNs

– Les annonces de concert : http://loreillequigratte.com/les-annonces-de-concert-747-le-mardi-22-janvier-2019

– L’Histoire du rock :  Betty Davis http://loreillequigratte.com/betty-davis

Continuer la lecture

Big Joanie : Sistahs

BIG JOANIE c’est Stephanie Phillips (chanteuse / guitariste), Estella Adeyeri (basse) et Chardine Taylor-Stone (batterie).

Ça ne saute pas aux oreilles mais on a bien a faire à un trio punk black Londonien. Le groupe s’est formé en 2013 et a sorti deux disques : un EP ‘Sistah Punk’ en 2014 et un single ‘Crooked Room’ en 2016.

A mi-chemin entre post-punk, riot grrl et art-punk, Big Joanie se dit influencé par PJ Harvey Nirvana , Breeders ou Jesus et Mary Chain , Big Joanie s’est décrit comme étant un peu The Ronettes  passées par le Punk des 80’

Elles viennent donc d’enregistrer leur premier album ‘SISTAHS’ fin 2018. Le titre de ce disque découle de la croyance du groupe en une vraie «fraternité féminine» (bizarre de dire ainsi ?)  Qui pourrait être une traduction de sistah  ou « frangines » 

La pochette de l’album montre la mère de Stephanie, Joan, qui a inspiré son nom au groupe ; et sa tante, en vacances au pays de Galles.

En dehors du groupe, les trois filles sont impliquées dans des activités communautaires : organisation du festival de punk de couleur Decolonise Fest, bénévolat au Girls Rock Camp ou aussi à Stop Rainbow Racism, qui vise à mettre un terme aux manifestations racistes dans les lieux LGBT.

Le catalogue de disques et de cassettes de la Daydream Library Series  est le label indépendant Ecstatic Peace de Thurston Moore où chaque sortie est accompagnée d’un fanzine en édition limitée.

Elles disent « Thurston a dirigé Ecstatic Peace Records & Tapes pendant plusieurs années et possède l’expertise nécessaire pour nous montrer le chemin ».

Un très bel album que nous vous conseillons.
Gil Tau

Continuer la lecture

Dino Farfisa and the Fuzz

Dino Farfisa and the Fuzz

C’est du Rock Garage Sixties et cela fait 20 ans que ça a commencé (à l’époque Les Diabétiks)

On trouve au Chant, harmonica et Farfisa : Didier Bozzi

Guitare et Farfisa: Gilles Zerbib

Guitare ou Batterie: Daniel Aprosio

Basse et choeurs: Franck Durban

Batterie: Gilles Eynaud De Faye

Mais ce serait bien trop simple alors tout ce petit monde joue aussi dans d’autres groupes et je vais essayer de synthétiser…

On retrouve Didier Bozzi, dans la Tribu groupe de funk de 10 musiciens, les Beatniks avec Fred Martinez dans un duo de reprises sixties et aussi les Zemblas groupe Soul (déjà 2 albums au compteur)!

D’ailleurs au début de ces Zemblas Il y avait Christine Lidon (Les Bandits, Les Blondes…), Gilles Zerbib à la guitare, Daniel Aprosio à la guitare et Bozzi au chant. C’était des éléments de Dino Farfisa déjà !

En 2010 Christine est partie. Bratch (Membre des Dum dum boys et des Warmbabies l’a remplacée à la basse. Il est arrivé en même temps que Michel Négre à la guitare (mais aussi Guitariste des Playboys) et Gilles Eynaud de Fay à la batterie. Voilà…c’est plus clair ?

Pour le béotien : pourquoi Farfisa ? Et bien c’est un orgue électronique Italien, bien sûr, avec un son bien reconnaissable et très en vogue entre 1965 et 1975 dans de nombreux groupes.

20 ans d’exploration de répertoires très pointus, de récréations scéniques, de complicité sans faille, de répétitions appliquées, de plaisirs partagés, de concerts enfiévrés. Mais 20 sans avoir jamais sorti un disque… Et voilà, il est arrivé : Un magnifique vinyle vert avec pochette de D. Balducci et R. Prompt, un 45T – 4 titres, en italien, à poser sur vos belles platines.

Alors profitons de cette chance : Dino Farfisa à domicile…

Gil Tau
Continuer la lecture

Betty Davis

Betty Mabry débarque à Harlem en pleine ébullition de la blaxploitation, et dynamite bientôt l’image de la femme artiste noire. Coupe afro, bottes dorées et minishort moulant à paillettes, chanteuse et auteur-compositeur – elle écrit aussi pour The Chamber Brothers et The Commodores et invente un funk sauvage et provocateur, incarnant le credo de l’époque “Black is beautiful”

Miles Davis en est tombé amoureux et l’a épousé en septembre 1968 (le mariage ne durera qu’un an mais Betty conservera son nom d’épouse).

Miles a d’ailleurs intitulé « Mademoiselle Mabry »  un titre paru en janvier 1969, sur un disque Filles de Kilimandjaro clairement sous l’influence de cette belle jeune femme de 23 ans originaire de Durham en Caroline du Nord. C’est le visage de Betty en « mode Picasso » que l’on voit sur la pochette. Dans son autobiographie, Miles lui rend hommage en ces termes : « Elle m’a fait découvrir la musique de Jimi Hendrix- et Hendrix lui-même – ainsi que d’autres musiciens de rock noirs. Elle connaissait Sly Stone et tous ces types… »

Betty Davis qui signe et produit tous ses morceaux réinvente le funk ; les basses sont « slapées », la voix est rocailleuse, toute velléité mélodique est écartée. sa façon de chanter est unique, elle scande plus qu’elle ne chante : elle RAPPE.. C’est du hard funk comme aucun homme ne l’avait jamais chanté.

A la fin des années 60 à New York, Betty faisait partie d’un collectif de filles que la presse locale appelait Electric Ladies, qui étaient présentées comme « muses, groupies, briseuses de cœurs et faiseuses de mode », elles apportaient à la scène musicale leur indispensable ingrédient sexy.

Preuve de son irrésistible charisme, elle s’impose dans la très renommée agence Wihlemena en tant que première modèle noire, et ce, bien avant Grace Jones ou Naomi Campbell.

Elle sera en fait jugée vulgaire par une certaine critique et pourtant son funk constitue alors le premier manifeste féministe.

Dans bien des domaines Betty aura été trop en avance sur son temps.

Revoyez ce film (sur Arte) Betty Davis, la Reine du Funk de Phil Cox 

Gil Tau

Continuer la lecture

Les annonces de concert # 747 (Le mardi 22 janvier 2019)

DATE

GROUPE

Lieux / Salle

Ville

Dép

Heure

Me 23 jan

Melchior Liboa

Café concert c

Aix en P

13

20h30

Je 24 Jan

URIAH HEEP

Espace Julien

Marseille

13

 

Ve 25 jan

Benoit & la Lune

La Coupole

La Gaude

06

20h

Ve 25 jan

Uno Di Noi soirée Electro

109 rte de Turin

Nice

06

19h

Ve 25 jan

Melchior Liboa

K fé Malté

Vence

06

20h30

Sa 26 jan

Todchic + A K A + Dajobu

La Séguinière

La Gaude

06

20h

Sa 26 jan

Les Plays Boys + The Zemblas + Dexter Mojo

MJC Picaud

Cannes

06

21h

Sa 26 jan

Bal Ferbodo  (Brésil)

La Zonmé

Nice

06

20h

Je 31 jan

Melchior Liboa – Apéro signature livre + concert

Le Borghese

Nice

06

18h30

Sa 02 Fev

Industrial Festival

MJC Picaud

Cannes

06

20h30

Sa 02 Fev

Syka James

 

St Jeannet

06

 

Sa 02 et Dim 03 Fev

Congrès Tricatel (Burgalat)

Palais des Festivals

Cannes

06

 

 

Continuer la lecture

# 746 Best Of 2018 de L’Oreille Qui Gratte

L’Oreille Qui Gratte # 746

Le Mardi 08 Janvier 2018

1.Bodega : Can’t Knock The Hustle

2.Tess Park & Anton Newcombes

3.Dralha : A compact cassette

4.The Liminanas : Shadow people

5.The Brian Johnstone Massacre : Somethings else

6.Anna Calvi : Hunter

7.Paul Mc Cartney : Egypt station

8.Idles : Joy As An Act Of Resistance

9.Ty Segall : Freedom’s goblin

10.The Breeders : All Nerve Wait in the Car

11.Franz Ferdinand : Always Ascending

12.Holly Golightly : Box Elder

13.Parquets courts : Wide Awake!

14.Courtney Barnett : Tell me how you really fell

15.Wreckless Eric : Construction time and revolution

Artiste PACA :  Blc Mirrror Club

Les Videos :

Artiste PACA :  Blc Mirrror Club https://youtu.be/1H1KY1rW0ag

Best Of 2018 de L’Oreille Qui Gratte : https://youtu.be/PvYC0hq0VhY

Les Rubriques

Les Annonces de concert : https://youtu.be/b6fQyFKz8CA

Bonus :

Le Champagne de la nouvelle année à L’Oreille Qui Gratte https://youtu.be/A9ndELQfFtI

Continuer la lecture

Best Of 2018 de L’Oreille Qui Gratte

01.Bodega : Can’t Knock The Hustle

02.Tess Park & Anton Newcombes

03.Dralha : A compact cassette

04.The Liminanas : Shadow people

05.The Brian Johnstone Massacre : Somethings else

06.Anna Calvi : Hunter

07.Paul Mc Cartney : Egypt station

08.Idles : Joy As An Act Of Resistance

09.Ty Segall : Freedom’s goblin

010.The Breeders : All Nerve Wait in the Car

011.Franz Ferdinand : Always Ascending

012.Holly Golightly : Box Elder

013.Parquets courts : Wide Awake!

014.Courtney Barnett : Tell me how you really fell

015.Wreckless Eric : Construction time and revolution

016.Dominique A : Toute latitude / La Fragilité

017.Hookworms : Microshift

018.Shame : Songs Of Praise

019.Lemon Twing : Go To School

020.Shotty Horroh : Salt of the heart

La liste de Simon Pégurier http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-simon-pegurier

La liste de Benoît Belasco http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-benoit-belasco

La liste de Gil Tau http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-gil-taurel

Continuer la lecture

Best Of 2018 de Benoît Belasco

1) Drahla – A Compact Cassette

2) Parquet Courts – Wide Awake!

3) Bodega – Endless Scroll
4) Hookworms – Microshift

5) The Brian Jonestown Massacre – Something Else
6) Ty Segall – Freedom’s Goblin
7) Wreckless Eric – Construction Time & Demolition
8) Suuns – Felt
9) The Breeders – All Nerve
10) Anna Calvi – HunterMGMT – Little Dark Age
11) Loük – Space ChickJohnny Marr – Call The Comet
12) Queen Kwong – Love Me To DeathDjango Django – Marble Skies
13) The Liminanas – Shadow People
14) The Landscape Tape – Dissent & Disarray
15) Tess Parks & Anton Newcombe – Tess Parks & Anton Newcombe
16) Blc Mirror Clb – blc mirror clb
17) Holly Golightly – Singles Round-Up
18) Idles – Joy As An Act Of Resistance
19) Franz Ferdinand – Always Ascending
20) Amen Dunes – Freedom
21) Gaz Coombes – World’s Strongest Man
22) Dominique A – Toute latitude
23) Carpenter Brut – Leather Teeth
24) The Fratellis – In Your Own Sweet Time
25) The Legendary Tigerman – misfit
26) Courtney Barnett – Tell Me How You Really Feel
27) M!lls – The Red Pill
28) Shame – Songs Of Praise

29) Feu! Chatterton – L’oiseleur
30) Eels – The Deconstruction

Continuer la lecture

Best Of 2018 de Gil Taurel

1 – Drahla A Compact Cassette

2 – Bodega Endless Scroll

3 – Shotty Horroh Salt Of The Earth

4 – Paul McCartney Egypt Station

5 – Radio Elvis Ces Garçons-Là

6 – Tess Parks And Anton Newcombe Tess Parks And Anton Newcombe

7 – The Brian Jonestown Massacre Something Else

8 – Holly Golightly Singles Round-Up

9 -D ma’s

10 – Anna Calvi Hunter

11 – The Liminanas Shadow People

12 – Tav Falco – Cabaret of Dagger

13 – King TuffThe Other

14 – Ty SegallFreedom’s Goblin

15 – ShameSongs Of Praise

16 – Gerard MansetÀ bord du Blossom

17 – Kurt Vile – Bottle It In

18 – Johnny MarrCall The Comet

19 – Marianne FaithfullNegative Capability

20 – Wreckless EricConstruction Time And Demolition

21 – Alexis HKComme un ours

22 – Amen DunesFreedom

23 – Feu! ChattertonL’oiseleur

24 – Charles BradleyBlack Velvet

25 – Bryan Ferry – Bitter Sweet

26 – HookwormsMicroshift

27 – Simple MindsWalk Between Worlds

28 –Curl – Shapshifters

29 – BLC Mirror CLBFirstEP

30 – Hooka hey – autoprod usa –

Continuer la lecture

On ne saurait se passer des étoiles

« Tous les baisers reçus
Savais tu qu’ils duraient
Qu’en se mordant la bouche
Le gout en revenait »

Les plus belles paroles de chansons de l’année sont signées Bashung/Dominique A et datent de 2008 de là à penser qu’il ne s’est rien passé depuis 10ans voila un grand pas que je ne franchirai pas.

Pour vous donner la preuve du contraire Noel Noel a réalisé un remarquable papier sur ces sorties  de l’année 2018 que vous trouverez ici http://loreillequigratte.com/une-annee-2018-par-noel-noel

Pour nous à l’oreille qui gratte l’événement de l’année bien entendu était  la grande réussite de notre appel participatif qui nous a permis de relancer notre Web Radio www.loreillequigratte.com

Encore merci à vous, votre présence nous a touchés profondément

Comme nous sommes totalement indépendants notre existence reste fragile vous pouvez continuer à nous aider, vous pouvez vous rendre ici http://loreillequigratte.com/nous-soutenir

(Pour plus d’informations on vous propose en ici http://loreillequigratte.com/dans-la-presse les articles que nous a consacré Nice Matin suite au lancement de la nouvelle mouture de notre site)

Au niveau musical nous avons eu toujours autant de coups de cœur dans un style de plus en plus éclectique. L’équipe de l’oreille qui gratte vous dévoilera son Best Of le Mardi 08 janvier à 19h10 sur Agora Cote D’Azur http://agoracotedazur.fr/ mais pour vous mettre l’eau à la bouche voici http://loreillequigratte.com/best-of-2018-de-simon-pegurier déjà la mienne perso.

Vous pourrez vous rendre compte que cette année j’ai beaucoup aimé les filles qui malgré leur fragilité s’assument (Courtney Barnett, Cat Power, Jeanne Added, Anna Calvi…)

A noter un coup de cœur particulier pour Clara Luciani qui succède à Juliette Armanet pour nous proposer une variété française qui ne fait plus rougir.

En littérature Edouard Louis a été un précurseur des Gilet Jaunes avec son court texte « Qui a tué mon père » qui frappe encore plus fort qu’un uppercut. A noter aussi que bien que nous n’aimons plus les livres sur la guerre le « frère d’arme » de David Diop  nous a complètement subjugués.

On savait que Vaclav Havel avait mené le printemps de Prague au son du Velvet Underground le film « Leto » nous montre qu’à l’époque sombre de l’URSS le rock servait déjà de libération

Pour le reste Emmanuel Macron a force d’être ni a gauche ni a droite a déçu la droite et la gauche. 
Mais nous ne sommes pas là pour parler de politique, notre regard porte plutôt vers le ciel et vers les étoiles qui fait qu’à Cuba, A Vence, a Vladivostok, a Reykjavik, a Ouahigouya nous avons le même plafond.
Comme le dit Philip Roth à qui nous rendons hommage sur notre carte de vœux « On ne saurait se passer des étoiles» nous vous en souhaitons une constellation pour 2019.

Meilleurs Vœux

Simon Pégurier
Continuer la lecture

Une année 2018 par Noel Noel

Tant de beaux lieux , de beaux artistes …
Mon best off de l’année , c’est des moments collectés , d’émotions , toujours …

Il fut un temps où je ne laissais rien passer de ce qu’il y avait comme culture alternative , Les Inrockuptibles en chevet , Le soir, c’est Lenoir pour m’endormir , c’était avant … ( quand je pensais que tout bons concerts s’arrêtaient à Marseille )
Puis une soirée du conseil general passa par là , je découvrais Kuta et là une autre histoire commença …
Un peu comme une pelote de laine tout se déroula , se reformait comme une toile d’araignée où chaque artiste , chaque band se touchaient , à un moment , un autre …
Alors de live en live en liens en liens je me senti lié à cette famille dont je n’étais pas , par la proximité ,l’emotion simple qu’elle sait procurer.
En cela je ne pourrais pas , ou plus , vous parler de groupes internationaux pour retracer une année , mais d’émotions locales ( il y a déjà tant à dire , à faire ) …
Et Paf , chronologiquement en janvier ce cette année 2018 il y a le dernier Ep du dit Kuta , coincidence ? je ne crois pas ^^ je vous laisse juge de l’excellence d’une telle densité sur quatre morceaux seulement : https://kuta.bandcamp.com/album/a-brief-history-of-myself-ep
Un des plus grand regret de l’année est de n’avoir pas eu l’occasion de venir au live des Ashtray Service ( premier et unique live serais je plus tard ) , j’ai écouté ce groupe via bandcamp et pour moi il semble une évidence tel un Sparklehorse ressuscité , prions son label Super Issue pour qu’il trouve les bons mots pour qu’il revienne par ici ; https://ashtrayservice.bandcamp.com/album/ashtray-service-2017

Ainsi qu’au premier live à Antibes du duo Azajilly que je vais guetter éternellement https://www.youtube.com/watch?v=exwyklPh-Pw

Dans les plus beaux concerts que j’ai plus voir , les plus intenses il y eut celui donné par Beth.Hirsch ( ma star internationale de l’année ) accompagné de Philippe Balatier et de Pascal Reva pour un set sensible , inoubliable , celui de Sam Karpienia , une transe continuelle et celui de Jane Added en poupée de rhyme troublante sur une scene au milieu de son public .
Mon réel coup de cœur est pour BLC Mirror CLB , Fab joue de la guitare comme trois , Marz joue de la batterie comme trois et pourtant pas du tout à l’étroit comme band , d’un coup ça monte des grands chevaux , ça part en cavalcade , c’est clair , direct , evident , comme la trajectoire de ces deux là , une baffe , continuelle https://www.youtube.com/watch?v=_MC8_dx2LaA

Mon autre réelle baffe locale vient de Persona , c’est du français qui taille dans le vif et les nerfs , du saccadé cutter , il y a là dedans des graines d’Arnaud Michniak , pratiquement du punk-industriel , addict en boucle https://soundcloud.com/persona-164992019/saoul-et-mort

Carré de dames de cœur d’entrée , dès le premier tour , avec les DullBoy , un projet supplémentaire de la panthère aux sept vies  » Babeth  » Massena , un groupe de filles nous avait elle annoncé et c’était avec toute la sympathie et l’envie d’aimer que nous étions au premier live , magistrale demonstration d’un son bien rêche , d’un trip hop sec froissé du plus grand  » the cure  » …pour donner au bout du compte et de travail un clip intense , hypnotique https://www.youtube.com/watch?v=biJ45q0KQ0E&feature=share&fbclid=IwAR1WmesSk9yFUABkUYpeQqbRs50i8E0dMgcH5GpnOwaeCjarw4kvBrJq6ts

La boxeuse de son art La pietà qui pour la première fois est sans masque , sans doute la personne la plus intense , la plus entière qu’on puisse meme pas imaginer , qu’on pense avoir rêvé d’avoir vu une fois en concert , tant c’était bouleversant …
https://www.youtube.com/watch?v=DzbWRA62LXo

https://www.youtube.com/watch?v=ImRWd4bnuHg

https://www.youtube.com/watch?v=GGLleTWqEbA

« L’heavy danse » machine de guerre , encore , Mills , toujours de plus en plus affûtés , incisifs https://mills1.bandcamp.com/album/the-red-pill?fbclid=IwAR3sRaInR-iLTNygfze-wdGTrYFi2XZQDIAE3BDY2MuZ9Ok8po8fkY9xrYE

La fin d’année 2018 a vu pointer la tete de la petite fée de Nice .. la petite fille qui voulait jouer dans les hotel , qui parle aux fourmis , aux elephants , aux baobabs et à son chat travaille depuis deux ans à l’avènement au grand jour de son nouveau monde ( elle qui en avait déjà tant ) . Sa Planet Velcro ( toute recouverte de velcro , justement , ce qui n’est vraiment pas pratique ) est jouissante au possible et pour la survoler il suffit d’une PLUME , sa légèreté d’aile nous porte …
https://www.youtube.com/watch?v=S6D5brPn8Pc

Revisitant les codes de ce que nous avons adoré par le passé du post rock un groupe niçois peint des paysages sonores , par petites touches dresse ses tableaux , nous installe , nous hypnotise un peu et quand ..nous sommes un poil sans nos gardes , c’est d’un coup autre chose , soutenu par une basse continuelle le batteur pose ses demi tours , ses quarts de tours , ses revirements , comme un peintre revisitant son tableau à grand coups de truelle , de pelle , magnifié , soutenu par les guitares , imprimant la vitesse à l’ensemble ,se repose enfin , en fin ….. s’il est une belle premonition First Came The Shadow va tout dépoter , très bientôt …
https://firstcametheshadow.bandcamp.com/album/premonition
.
Si vous me connaissez un peu vous savez que la liste devrait s’allonger un peu ^^ , mais bon , retenez que je ne suis plus spectateur passif de concerts pointus et inaccessible , je suis devenu acteur actif de chaque trésor , la moindre pépite passant à ma portée …
Dans mon idée il faut partager cette émotion là , jamais hésiter , chacun a les outils pour faire de meme , devenir acteur …
C’est plus facile en allant voir l’art de pres , liker la page , écouter l’emission , consulter le site et un pas , c’est vrai …Mais surtout faites vos chemins , soutenez des lieux , des initiatives , des élans pour prolonger leur rayonnement et c’est une bien bonne idée que de s’abonner aux pages de La Matrice, Le Ketje , Chez Pauline, La Zonmé , École d’Arts orange bleue, Le Pigeonnier, Théâtre Lino Ventura Nice Officiel, Imago records & production , K’fé Malté Vence , Concert chez moi , Concert Chez Moi en Pays Grassois , La Cave Romagnan , Diables Bleus Le 29, KOSMA , MJC Picaud – SMAC La Tangente , Hip Hop ‘N Mic, Poetry Slam Nice , Manhattan New bar Live Music , L’Entre-Pont , Festival Crossover , pour tout l’amour qu’ils ont distribué cette année aux artistes et à la part de culture que chacun a le droit de croiser .
Pas celle en becquée recraché par nos feuilles de choux et le désir d’affiches à la hauteur mégalomane de maires dont le prolongement sont des salles froides …
.
Soyez acteurs de ses energies là , de cette vie là , à nos cotés , allez vers et ne gardez rien pour vous , partagez , en nous écrivant ou seulement d’un clic , partagez …

Continuer la lecture

Best Of 2018 de Simon Pégurier

1.Courtney Barnett : tell me how you Really feel

2Idles : Joy as an act of resistance

3.Lemon Twing : Go To School

4.Franz Ferdinand : Always Ascending

5.Alain Bashung : En amont

6.Cat Power : Wanderer

7.Clara Luciani : Sainte Victoire

8.Dominique A : Toute latitude / La Fragilité

9.Jacco Gardner : Somnium

10.Tess parks and The Antom Mewcombe

11.Gonzales : Solo Piano III

12.The Breeders : All Nerve

13.Jeanne Added : Radiate

14.Feu ! Chatterton : L’oiseleur

15.Gerard Manset : À bord du Blossom

16. Paul Mc Cartney : Egypt Station

17. Shame : Songs Of Praise

18.Eddy de Pretto : Cure

19.The Liminanas : Shadow People

20. Dralha : A compact Cassette

21.Parcels

22.Bodega : Endless Scroll

23.Johnny Marr : Call The Comet

24.Radio Elvis : Ces garçons-là

25. Mills : The Red Pill

26.Parquet Courts : Wide Awake!

27. Bill Ryder Jones: Yawn

28. Paint

29.Anna Calvi : Hunter

30.Grand Blanc : Image au mur

Continuer la lecture

Hommage à Pete Shelley (Leader des Buzzcocks)

Pete Shelley est décédé la semaine dernière à 63 ans

Après avoir découvert les Sex Pistols sur scène Pete Shelley et son copain De Voto, décidèrent de former un groupe et avant même de dénicher des musiciens pour les accompagner, ils entreprirent d’inviter les Pistols à Manchester, pour le plaisir de les voir se produire et de faire leur première partie !

Il forme donc les Buzzcocks en 1976 à Manchester et est considéré comme l’un des précurseurs de la mouvance punk.  Mais ils sont aussi les précurseurs des autoprod : Avec de l’argent qu’ils avaient emprunté, ils ont été le premier groupe à s’émanciper des maisons de disques en sortant le disque Spiral Scratch en 1977.

Il dit « On voulait juste faire un disques pour nos potes» Et c’est comme cela qu’est né leur premier single Spiral scratch. « Il fallait vraiment être taré pour faire une chose pareille », explique Pete Shelley. « Ca ne se faisait pas à l’époque : c’étaient les maisons de disques qui étaient censées faire des disques et pas les groupes. Mais on s’est rendu compte que les fabriques pouvaient le faire pour nous. On a d’abord pressé mille exemplaires avant d’en faire un peu plus ».

Pete Shelley était le symbole d’une sorte d’existentialisme où il n’était jamais temps d’attendre les puissants, mais d’agir.

Les Buzzcocks, ont révolutionné la scène anglaise des s 70’ et ont fait partie avec les Sex Pistols, The Clash, the Damned, the Stranglers  les Jam …de ceux qui ont changé l’histoire  du rock iconoclaste : Le mouvement punk… Notons qu’à cette époque deux Français évoluaient outre-manche : Little Bob Story et au démarrage de The Police ; Henry Padovani (Corse et Niçois).

Les Buzzcoks ont contribué à la création de la scène cold-wave de Manchester et ont même conseillé le groupe de Joy Division à ses débuts.

En 1981, le groupe se sépare et Pete Selley se lance alors dans une carrière solo, où il utilise surtout des synthétiseurs et des boîtes à rythmes, mais sans grand succès.

Ils se reformeront et sortiront des disques jusqu’en 2014

Gil Tau
Continuer la lecture
Fermer le menu