C’est à 25ans que les Nuits sont les plus belles

Chaque année le festival des Nuits Du Sud a un défit à relever :

Il y a deux ans c’était le Covid, relevé sans mal avec les parenthèses.

L’an dernier il fallait s’adapter une place plus petite. Gagné haut la main. Il y a parfaitement la place de faire un festival sur la nouvelle place (fausse polémique)

Cette année il fallait faire sans Téo Saavedra, l’homme qui a fait si bien grandir ce festival. La aussi le défit fut relevé.

La nouvelle équipe (radio Nova) a une compétence certain puisqu’elle organise déjà  Rock En Seine. Elle s’est appuyée sur le concept du festival (créé par Christian Iacono et René Montgrandi) c’est-à-dire de la musique du monde, de qualité, dans un cadre familial (la place du Grand Jardin) en cœur de ville avec bars, restaurants, et fontaine ouverte, le tout à un prix défiant toute concurrence.

La recette est éprouvée et elle marche à tous les coups. Ce fut encore le cas cette année avec une réussite publique et artistique indéniable.

 25 ans obligent,  les organisateurs ont eu une petite augmentation du budget ce qui a permis d’avoir des noms encore plus célèbres qu’à l’accoutumé. Les organisateurs nous ont proposé 8 superbes soirées avec à chaque fois une cohérence artistique impeccable.

Le 22 Juillet 2016, huit jours après le tragique attentat terroriste de la promenade des anglais Bob Sinclar avait rallumé la joie de vivre sur la place du grand jardin avec un set qui 6 ans après est encore dans les mémoires. Symboliquement c’est à lui que la nouvelle équipe organisatrice a donné la responsabilité d’inaugurer cette édition anniversaire. Vence s’est transformée en dance floor géant. Là encore ce fut une réussite https://youtu.be/qLjnnN93v4Q

  Lass ne se contente pas comme la plupart des groupes de reggae de faire du sous Bob Marley. Non, il a sa propre originalité, notamment en raison des sons électroniques https://youtu.be/Q2yU7rhCF7M

Nous avions déjà vu (à deux reprises) et adoré Bonga sur la scène vençoise. Du haut de ces 79 ans l’angolais a confirmé qu’il était en pleine forme avec sa Semba (fusion de musique africaine) https://youtu.be/Zclxk7lD8UI

Camelia Jordna fut la déception du festival. Le public partant au fur et mesure de la soirée ou s’endormant Elle donna l’impression de ne pas y croire elle-même puisqu’elle n’a même pas pris le temps de ce looker (arrivant sur scène en cycliste…).  Dommage car elle a beaucoup de talent mais elle n’arrive pas à faire décoller sa musique métisse https://youtu.be/Wf8hz_TIM0M

  Berywam belle surprise que ce groupe de beat box. De loin cela n’a pas grand intérêt mais si l’on s’approche on réalise que tous les sons d’instrument sortent de la seule bouche des quatre membres, le spectacle prend une toute autre ampleur. https://youtu.be/Tdzo-lEc724

Oumou Sangaré est une très grande dame. Elle l’a confirmé. Son chant féministe est porté par du folk, rock et de la musique traditionnelle Malienne. https://youtu.be/dJzyzuf1nU8

Déception pour La Yegros : musique d’Amérique du sud, énergie et look sont au programme malheureusement il manque l’essentiel les mélodies. https://youtu.be/bsE9XE4imr4

Belle fusion arabisante à base de rock, rap, rai, reggae pour les grenoblois de Gnawa Diffusion. Nous nous interrogeons sur l’étrange final (muet) de ce concert. https://youtu.be/VoahtXCRvWU

Quelques polémiques sur la prestation de Charlotte Adigery & Bolis Pupul , certains ont trouvé qu’ils n’avaient pas leur place aux Nuits Du Sud. Effectivement ils auraient été mieux à l’aise dans la noirceur d’une boite de nuit enfumée. Mais je trouve qu’ils s’en sont parfaitement tirés dans un contexte qui ne leur était pas favorable. Précisons pour l’anecdote  que la maman de Charlotte a vécu quelques années dans notre Vence. https://youtu.be/JzAmBVu8_rA

Benjamin Biolay est certainement le plus grand chanteur français en exercice, ce fut une fierté pour tous les vençois de le recevoir https://youtu.be/YkyET91EcuQ

Delgres je pense que c’est la première fois de ma vie que j’ai apprécié un groupe chantant en créole (normalement c’est rédhibitoire) mais quelle énergie. https://youtu.be/eDMqEsss81w

Lilly Wood and The Prick ont mis le feu à Vence avec leur pop electro. Prayer in C leur hit imparable est peut être  l’hymne le plus efficace de ces 15 dernières années. https://youtu.be/vmPHRsID0jc

 Groundation c’est du lourd en termes de reggae. Déjà vu et entendu à ce même festival, ils ont une fois de plus ravi le public. https://youtu.be/FdlF2pJ_Qns

L’entourloop mix entre Reggae, Hip Hop, trompette et culture cinématographique,  ça fonctionne à merveille. https://youtu.be/wYKtxJKQNPs

General Elektriks s’était déjà produit à Vence le 1 avril 2017 à l’occasion du Printemps des Nuits Du Sud. Cette date a marqué à tout jamais l’histoire de Vence. Ils ont quasiment réédité l’exploit d’il y a 5 ans avec leur mélange de funky; groove; jazz; electro; Hip Hop, Garage le tout sur des ressorts auxquels aucune fille ne résiste. https://youtu.be/KLTY-RfaZ9U

Finale au rythme des fanfares balkaniques qui flirtent parfois avec le punk. Irrésistible Emir Kusturica. https://youtu.be/nOtF7qHisKQ

Pour le concours talents des Nuits Du Sud trois groupes ou artistes étaient en compétions Adri nous proposa du rap aux airs de Julien Doré. A L’image des spectateurs qui lui ont offert le prix du public nous sommes tombés sous le charme, à tel point que l’oreille qui gratte lui a offert en plein Covid sa toute première scène (a la MJC Picaud) https://youtu.be/AwnGX3UaRV8 Recréation ne porte pas bien son nom, nous avons en fait à faire à des premiers de la classe tout juste sortis du conservatoire qui nous offrent un funk des plus pointu. Prix France Bleu. https://youtu.be/E-P1hBgH2do Bien que je déteste le reggae (le mot n’est pas trop fort) j’ai adhéré à l’énergie de Baltimores (Prix du jury) https://youtu.be/xwck93yQzaQ

Le test de la première année s’est donc passé à merveille pour la nouvelle équipe dirigeante. Maintenant qu’ils ont essuié sans le moindre dommage les plâtres, il y a fort à parier que le festival n’ira que crescendo. A l’année prochaine                                 

Article : Simon Pégurier

Photos : Baptiste PegurierNoel Noel

 

Continuer la lecture

Miaou miaou miaou au Broc – Concert Anne Sila

J’ai eu la chance d’aller le 1er juillet au festival du Broc, village surplombant la vallée du Var 

En première partie, le jeune Carlos Lopes, un petit artiste de musique afro  nous a fait voyager au rythme de ses musiciens et de ses textes poétiques.
 
Puis arrive la grande Anne Sila, artiste à la voix Nounourseuse et fantastique. Au programme une artiste très humaine et un concert mélangeant du rock, du classique, du jazz new yorkais, des solos de violoncelle, de la musique turque et des expérimentations aux pédales de loop avec un public imitant des chats. 
 
Miaou miaou miaou au Broc.
 
Un concert jouant parfaitement des genres, du classique au rock. Une crooneuse à l’énergie d’Izïa, aux textes beaux comme Pomme, et à la magnifique voix digne d’une gagnante de The Voice.
Continuer la lecture

Enregistrement en public de L’Oreille Qui Gratte

Enregistrement en public de L’Oreille Qui Gratte à La Médiathèque de Vence

Avec l’artiste Jvsmin en Session Live

Samedi 09 Juillet à 15h30

 

 L’oreille qui gratte à déjà le trophée de la plus vieille émission radiophonique française de pop/rock pourtant elle ne se repose jamais sur ses lauriers.

Elle cherche toujours de nouvelles aires de jeux.

Les enregistrements et les diffusions sur Agora Côte d’Azur  sont en pause durant toute la saison estivale. Mais l’équipe n’est pas rassasiée, impossible de se reposer.

C’est pourquoi après un premier essai très réussi avec l’enregistrement d’une émission avec Alalaké https://youtu.be/YLO4i-tk0BM depuis la Médiathèque Elise et Celestin Freinet de Vence, l’équipe remet ça Samedi 09 Juillet à 15h30 avec cette fois un enregistrement en public.

L’Oreille Qui Gratte recevra la jeune et très prometteuse  artiste multiple pour une session live et une interview.

Jvsmin à déjà eu l’occasion de se produire sur la terrasse du K’fé Malté Vence  dans les rues de la cité médiévale lors de la fête de la musique https://youtu.be/5lWMFRB1LJ4.

Cet enregistrement sera aussi une mise en jambe pour les spectateurs qui pourront ensuite poursuivre quelques pas plus loin les festivités avec le Festival Nuits du Sud Nuits Du Sud et le concert de la divine Camélia Jordana

 

Pour l’animateur Simon Pégurier cet enregistrement à un gout particulier, enfant de Vence et amoureux fou de sa ville c’est la première fois que L’Oreille Qui Gratte version live sera au milieu des siens.

Cette émission sera diffusée sur Agora Cote D’Azur le samedi 10 Septembre et sera aussi disponible en vidéo.

Contact : Simon Pégurier – redaction@loreillequigratte.com – www.loreillequigratte.com

Médiathèque Elise et Célestin Freinet 228 Av. Colonel Meyere. 06140 Vence https://mediathequedevence.fr/

Continuer la lecture

#  819 Djoliba

L’Oreille Qui Gratte #  819

Enregistrement le Mercredi 08 Juin 2022

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 25 Juin 2022

Invité : Djoliba 

All Green : Let’s Stay together

Djoliba : Et si…

Djoliba : Chrysantheme

Djoliba : Le changement

Djoliba (Feat Emee Kea) : Demain

Neyna : Akanadja

Djoliba : Lâcher prise

Les Vidéos : 

  • Et si… https://youtu.be/M4QZQBa-AQE
  • Lâcher prise https://youtu.be/59r-em3LD8s
  • L’Intégralité de l’émission https://youtu.be/gEVC9LE6UhQ
Continuer la lecture

# 817 DameLila

L’Oreille Qui Gratte #  817

Enregistrement le Mercredi 25 Mai 2022

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 18 Juin 2022

Invité :  DameLila

Patricia Petitbon : O my love (cover John Lennon)

DameLila : Gardez votre thym

DameLila: A mes descendants descendus

DameLila: Bonne fille

DameLila : On brûlera (Cover Pomme)

Caloé : Les Gouttes

DameLila : Je me prépare

Les Videos : 

  • L’Interview : https://youtu.be/0Tg9DX7ofks
  • L’Intégralité de l’émission https://youtu.be/G2RwV19acKs
Continuer la lecture

# 815 Gri&Co

L’Oreille Qui Gratte #  815

Enregistrement le Mercredi 18 Mai 2022

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 04 Juin 2022  

Invité :  Gri&Co

 

Dache Dalle : BOF Les sons du toit du monde

Gri&Co : La Puce

Gri&Co : Laïcité

Gri&Co : Laissez-moi

Gri&Co : Ce que pensent les Femmes

Marla : Espoir Gri & Co : Le bout du comptoir

Les Videos :

L’interview : https://youtu.be/j4yRrLHJPIE

L’Intégralité de l’émission https://youtu.be/VPEiikYR4tE

Continuer la lecture

# 814 Janis et les Slybarts

L’Oreille Qui Gratte #  814

Enregistrement le Mercredi 27 Avril 2022

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 28 Mai 2022   

Les Rita Mitsouko : C’est comme ça

Janis et les slybarts : Tout ce qui me plait

Janis et les slybarts : Mes Belles tomates

Janis et les slybarts : Tattou moi

Janis et les slybarts : Touche pas ma gratte

M : Je dis aime

Janis et les slybarts : confiné oui mais

Les Videos : 

  • L’Interview : https://youtu.be/I48CFMNZghU
  • L’Intégralité de l’émission : https://youtu.be/tGEVNgbnMKU
Continuer la lecture

Iggy Pop : Ca rock au rocher

Jeudi soir, je sèche mon cours de solfège pour aller écouter du punk.
Incroyablement reçu dans le lieu magnifique du forum Grimaldi à Monaco. Le petit Iggy Pop à réussi à ramener foule, tous bien habillés que ce soit en costard cravate ou en tenue plus punk. Cohabitation entre deux classes sociales exceptionnellement réunies pour l’iguane.
La soirée commence avec la diffusion de ce qui semble être un trailleur sur un film des stooges sans comprendre tout le sens . (Je devrais peut-être travailler mon anglais).
7 musiciens arrivent sur scène, deux cuivres, un clavier, une batterie, une basse et deux guitares.
Ils débutent avec une sorte de morceau ambiant jazzy et psychédélique avec une guitariste jouant de sa fender jaguar à l’archet. Théâtral.
Iggy arrive habillé de son costard, mais sans chemise, ça annonce la couleur d’un concert sensé être jazz.
Après deux morceaux déjà très punk, iggy joue TV eye, là toute la salle se lève et danse au rythme du jeux de scène du chanteur, à base de “Motherfucker”, de cris, de sauts partout, de langues tirées, et de micros entre les jambes.
L’iguane continue le concert tout en maniant superbement la setlist afin de faire rocker le rocher. La présence des morceaux de son album The Idiot est l’occasion pour lui de rappeler l’incroyable aide de Bowie pour relancer sa carrière. (Merci Paris Match, j’avais rien compris. Je dois vraiment me mettre à l’anglais).
Ainsi Mass Production sonne comme un retour en 77 durant sa période Bowinoise.
Après les morceaux “Free” et “Gimme Danger”, l’iguane saute partout sur sont hit : “Lust For Life” et le pire c’est que vu le lieu c’est de contexte. Il enchaîne magnifiquement avec The Passenger, peut être mon morceau préféré de sa carrière et surtout “I Wanna Be Your Dog” sur lequel il se donne à fond imitant le chien tel un junky de 1969.
Le crooner punk quitte la salle pour mieux se faire rappeler.
Il revient avec Sister Midnight, Run Like a vilain et i’m stick of you, jouant du bon punk rappelant trois périodes de sa carrière.
Viens ensuite la seul reprise de la soirée, “Hero” du groupe de Krautrock « Neu! »
Encore un hommage aux influences de ses débuts en solo.
La soirée se finit magnifiquement avec “Nightclubbing”, un de ses plus beaux hit, co écrit avec Bowie ce morceau en principe doux en devient magistral sur scène.
Le concert se termine finalement sur du bon vieux punk avec “Search And Destroy” dernier hit des Stooges. L’iguane et toute la scène se donnent une dernière fois à fond au rythme des rifs des deux guitares.
Une soirée magnifique dans un lieu qui l’est tout autant. Bien qu’annoncé comme jazzy la soirée est très punk au plaisir de tout le monde.
Je sors de la salle hanté par le fantôme de Bowie, ému par la performance de l’iguane et ses nombreux hommages à sa période en duo avec Le Major Tom.

Article et Photos : Baptiste Pegurier

Continuer la lecture

# 812 Blonde

L’Oreille Qui Gratte # 812

Enregistrement le Mercredi 13 Avril 2022

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 14 Mai 2022

Jeanne Added : Mutate

Blonde : Western Modern

Blonde : Molotov

Blonde : On se fout de tout

Blonde : Un Monde Sans Toi

David Bowie : lazarus

Contact :

blondepopmusic@icloud.com

https://www.youtube.com/channel/UCL4A2_-GMlOo14kbzaKKYjg

https://www.instagram.com/blondemusique/

https://www.facebook.com/blondemusique

Les Videos :

L’Interview : https://youtu.be/LLw-Q0szn44

L’Intégralité de L’émission : https://youtu.be/j6K0CaYBqWI

Continuer la lecture

Orelsan : Nice (Palais Nikaia) Le 06 Mai 2022

Après une trentaine de concerts de Orelsan autour de la France pour son Civilisation Tour, j’ai eu la chance de le voir au palais Nikaïa pour la dernière date de la tournée de printemps.
 
Arrivés dans un Nikaïa déjà complètement bondé, la première partie ne tarde pas trop à commencer. « 3pour100 » trio de rap se charge de chauffer la scène. Rap dans un style assez autotuné comme pouvait le faire PNL à ses débuts. Ils sont accompagnés de phazz au clavier et même du guitariste Eddie Purple le temps d’un morceau.
Pas forcément du haut niveau artistique mais on se plaît à pogoter dessus.
 
Après 25min de concert avec 3pour100 les lumières se rallument.
On attend (30min) et un Orel arrive les lumières toujours allumées en chantant a capela « Jour Meilleur ». Évidemment c’est sans compter sur l’aide de toute la salle qui chante en chœur.
Il enchaîne avec « La Quête » et « Défaite de famille ».
Après ces trois morceaux lumières allumées, esthétique salle des fêtes municipale, les lumières s’éteignent.
Apparaît un décor futuriste inspiré à mon sens par 1984 de G.Orwel.
Au milieu de la scène sont placées 4 gros claviers proches de l’esthétique de Kraftwerk, le concert s’annonce orchestral.
 
D’incroyables jeux de scènes et de lumières arrivent et le Caennais saute sur « Civilisation », Ombre et Lumière.
Le concert continue avec « du propre », et la toute la foule saute et pogote sur un des plus grands hits du dernier album.
 
“Y a-t-il des filles qui boivent à Nice ?”
Le morceau « Bébéboa » est un des moments les plus forts du concert, sublimé par un magnifique solo de guitare fait par Eddie Purple, guitariste funky sur les tournées de Orelsan et Oxmo Puccimo. Écoutez un solo de guitare dans un concert de rap, Orelsan brise tous les codes et les cordes.
 
Il enchaîne avec l’incroyable morceau « la pluie » qui grâce au saxo prend encore plus d’ampleur sur scène, puis pour une fois c’est vrai, sur la côte d’Azur chez moi il fait beau.
 
Des cris de foules, de la fumée blanche, des bruits de police. Nous voici 8 000 à manifester contre les fils de putes de l’état un doigt en l’air. « Manifeste » se dresse comme un mai 68 sur l’album. Et sa réalisation sur scène est incroyable grâce aux effets spéciaux et à l’écran géant manifestant lui aussi.
Après la révolte vient la révolution, et cette révolution a comme une odeur d’essence.
Un énorme spectacle de lumières, d’éclairages et de fumée. Une ambiance complètement post apocalyptique.
Après une petite révolution quoi de mieux pour se remettre de nos émotions qu’une partie de street fighters ? Voire même une de civilisation fighters ? En gros c’est exactement comme un street fighter mais avec les musiciens de la tournée, petit combat opposant le côté droit et le côté gauche de la salle.
Petit moment de nostalgie, en effet on apprend grâce à son documentaire sur Amazon Prime, qu’il avait déjà l’habitude de faire des combats de street fighters sur sa première tournée
 
Continuant sur la nostalgie Orelsan joue un medley de 13 anciens morceaux : Sous influence / Changement / Jimmy Punchline / Courez courez / Soirée ratée / Si seul / Si facile / À l’heure où je me couche / Bloqué / Dans ma ville, on traîne / Christophe / Bonne meuf / Rêves bizarres.
Comme parfois les images parlent d’elles mêmes voici une vidéo que j’ai prise de cette partie du concert (avec en plus des aléas du direct)
 
(Filmé au téléphone dans la foule pardonnez la qualité)
Le concert continue avec le titres « Baise le monde » et sa conscience politique, « le chant des sirènes » et son égocentrisme naissant, « seul avec du monde autour » qui prend encore plus de sens quand on le voit sur scène devant autant de fans.
La première partie du concert s’achève avec « ensemble » et « Athéna » deux chansons d’amour sublimées par skread et phazz aux manettes.
 
Après un rappel à base de « Aurelien une chanson ». Le show man apparaît suspendu tel Jacques Higelin en haut de la scène chantant « rêve mieux ». Le temps qu’il descende et cette fois il remonte mais dans un décor de chambre d’ado pour le désillusioniste positif « notes pour trop tard ».
 
Le concert se finit à base de centaines de sauts et de ronds dans la foule sur : « La terre est ronde », « basique » et enfin « shônen ». Ambiance banger et rock’n’roll.
 
Je sors de la salle encore sous l’euphorie du concert. Avec un Orelsan survolté et une esthétique post apocalyptique théâtralisée par les jeux de scène et les magnifiques visuels réalisés par Quentin Deronzier, qui vont si bien avec les morceaux.
 
Je sors de la salle des étoiles dans les yeux, prêt à créer une civilisation.
 
Chronique : Baptiste Pégurier
Photos : Video : Baptiste Pégurier & Anaïs Maudemain
Continuer la lecture

Houpette

Des riffs incisifs, une basse métronomique, des mélodies efficaces plongées dans une reverb spaciale et quelques vrais tubes qui restent en tête longtemps (oui, je me suis surpris à fredonner Yellow devant la caissière de Leclerc. « C’est Houpette ! » lui ai-je dit devant son air dubitatif), voilà la formule parfaite pour bouger frénétiquement ton petit corps musclé (ou pas) devant un concert du duo le plus super du moment. Un groupe très chouette de futures vedettes pour mettre des paillettes dans ta tête. Tu vas aimer tkt.

Chronique : Vlad Pill – Photos : Nao.k

Continuer la lecture

Clameurs

Clameurs n’est pas un projet musical commun.Clameurs est un portail. 

Sarah Procissi et Jean-Christophe Bournine ouvrent un passage vers un territoire différent, on y parcourt quelques paysages familiers mais on y fait également des découvertes inhabituelles.

La musique de Clameurs est de celles qui peuvent, en quelques notes, vous transporter ailleurs. Il ne s’agit pas uniquement des sonorités orientales ; les textures, le rythme, les percussions intermittentes, les mélodies entêtantes sont autant d’éléments qui forment un corps, une musique qu’on a l’impression de pouvoir toucher. L’utilisation de quelques effets, de samples et de drone est réussi et fait le lien entre tradition et modernité.

Cette rencontre entre la contrebasse et le oud est parfois une collision et parfois une caresse.

Laissez-vous toucher.

Article : Vlad

Video : Teddy & Simon Pégurier

Photo : Noel Noel 

Continuer la lecture

# 811 Laurent Ferro

L’Oreille Qui Gratte # 811 

Enregistrement le Mercredi 30 Mars 2022 

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 23 Avril 2022

Earth, Wind & Fire : Fantasy

Laurent Ferro : Les ponts disloqués

Laurent Ferro : No ties no to thi

Laurent Ferro : Ton paradis sur terre

Laurent Ferro : Ho bisogno di te

John Miles : Music

Laurent Ferro : Ta fender

Contact :

laurentferro@gmail.com

https://www.facebook.com/laurent.ferro

https://www.youtube.com/channel/UCFkwmSTFhiUv-dGGmhgMqmg

https://www.instagram.com/ferrolaurent/

Les Videos :

L’interview : https://youtu.be/CZ9lDIOzFaM

L’Intégralité de l’emission https://youtu.be/Bqw37WeJ0dQ

Continuer la lecture

L’Histoire d’un studio

L’émission avec Modern Electrics fut notre dernière émission enregistrée dans le studio du 17 de la Rue Tracastel à Grasse : https://youtu.be/ZqZ_AgK6bsE

En effet le studio actuel d’enregistrement d’Agora Côte d’Azur va être détruit pour être reconstruit (dans une meilleure qualité) un étage plus haut.

Comme je suis nostalgique je ne peux m’empêcher de me retourner sur ces 26 années d’enregistrement.

Je peux vous le dire les yeux dans les yeux. J ai été éperdument fou amoureux de ce studio.

26ans de vie commune sans heurt ce  n’est pas offert à tout le monde.

Benoit souviens toi comme nous étions timides et enthousiastes lorsque nous l’avons découvert.

Nous avions les cheveux sur les épaules et un ventre plat (tu l’as toujours)  souviens toi de  nos premières émissions où nous lisions chaque mot. Nous voulions mettre en lumière cette musique indépendante qui a si peu de place ailleurs, nous voulions faire des liens avec les concerts que nous organisions à la fac de sciences ou de lettres. Nous voulions être les Bernard Lenoir de la Cote d’Azur.

Et puis on était si bien, cachés derrière un micro, nous préférions être dans l’être que dans le paraitre. Nous voulions être des leaders de contenus,  pas de façade. Nous laissions la lumière à d’autres. Notre ambition était d’être des simples passeurs.

Souviens toi Benoit de ces  disques de Sonic Youth, Bec, PJ Harvey, Pavement ce shoegaze cette Lo Fi, ces bruits distordus.

Et puis nous avons fait venir nos amis de la scène locale,  simplement pour parler avec eux pour passer leurs disques et un jour les Orteils Bleus ont pris la guitare et ce fut la naissance de notre concept des sessions acoustiques. Nous sommes fideles (ou têtus) nous n’avons toujours pas changé.

Nous obligeons les groupes à se mettre à nu. Certains ont peur, ne pouvant se cacher derrière une montagne d’amplis mais la plupart osent se déshabiller. Il faut dire que les Haribos ou un verre aident à se mettre à l’aise.

Notre modèle était Radio Nova nous voulions être partout. Nous créons donc l’OVNI sur papier glacé, Wake Up, Faisons du bruit, organisons chaque semaine des concerts, le collectif Cosmos pétitionné. La politique nous tentait, Peyra était maire de Nice cela était désolant. Nous voulions être partout, dormir peu, vivre vite, la bohème c’était nous.

Et puis Benoit tu as du te rapprocher du bassin de vie de Monaco. Impossible pour toi de venir à chaque enregistrement. Quant à moi j’étais souvent à Montpellier. Nous pensions ne plus revoir notre studio. Mais forts de la confiance et de la fidélité inébranlable de Vicky Berardi et de Gilbert Andruccioli j’ai décidé de continuer. Impossible de vivre sans ces rendez vous qui ponctuent ma vie. Mais tu es tellement meilleur que moi, (je me sens tellement petit à coté de toi comme Simon Gallup devant Robert Smith) c’est toi qui avais un carnet d’adresses, qui connaissait si bien l’underground niçois. Moi je ne suis qu’un petit centriste (bien que sympathique). Qu’importe les rencontres m’ont porté, et puis tu ne nous as pas oubliés, tu étais toujours là pour partager aider découvrir.

Merci Merci Merci à ceux d’entre vous qui ont fait un bout de chemin avec L’Oreille Qui Gratte. Philippe (de Cannes) nos rencontres mensuelles étaient toujours pointues (et quelle discothèque) Francis rendait chacune de nos rencontres plus brillantes, Christelle tes intimes errances, tes carnets de voyage nous ouvraient des univers, Loic si enthousiaste, Mr Alain le meilleur d’entre nous, Marquise Céline qui nous donna des ailes, Céline Justine qui restera a jamais notre petite sœur, Teddy et son gout des mots, Amélie la plus belle des stagiaires, Laurent qui n’a qu’un défaut d’aimer trop les Rolling Stones, Philippe (de Mouans Sartoux),  te côtoyer  me fait ne pas avoir peur de vieillir, Mr Pirate qui nous a apporté les vidéos, Christophe pour   sa touche technique, Benjamin pour ca curiosité, Christine pour son stakhanovisme, Sandra pour ce rire et cette culture, Baptiste qui prépare la relève, Noel ce diffuseur d’énergie et bien sur toi Gilbert qui fut mon compagnon de route si longtemps. Sans toi l’émission serait morte 10, 20 fois. Tu m’as porté tellement souvent.

J’ai préféré mille fois tâtonner, apprendre avec vous que réussir tout du premier coup avec des professionnels

J’ai évidement des mercis tout particuliers à tous les réalisateurs qui se sont succédés derrière les manettes dans ce studio.

Philippe tellement d’années avec toi dernière les manettes, avec une anecdote par soir. Arthur tellement gentil et serviable. Nancy douce et professionnelle. Franck mais que tu es bon, même Nagui apprendrait de toi. Oui réaliser chaque semaine une session acoustique est un exploit. Une guitare/voix c’est relativement facile mais nous avons reçu des groupes de reggae (oui oui) à 10 dans le petit studio avec cuivre et batterie. Ce fut parfois à l’arrache, ce fut parfois chaotique. Mais nous ne déclarions jamais forfait

En plus de 800 émissions dans ce studio nous en avons reçu du monde !  

Que de belles rencontres. C’était de loin ce que je préférais, ces discussions, ces rires, ces coups de stress, ces amitiés naissantes parfois durables. Je ne pense pas qu’un invité soit reparti déçu du moment qu’il venait de vivre derrière le micro avec nous. L’Oreille Qui Gratte c’est un peu l’émission où on se dit merci. On a du réservoir, plus de 500 groupes dans ce studio de la rue Tracastel, réalisé prés de 700 live acoustiques. Quel exploit.

Certains de nos invités sont devenus des stars planétaires (M 83 par exemple), des stars nationales (Camille, Hyphen Hyphen, Syd Matters…) certains ont représenté la France au concours eurovision, d’autres ont attaqué Michael Jackson pour plagiat après diffusion de leurs morceaux sur nos ondes (véridique)…  mais le bonheur, la fierté est la même lorsque nous recevons Pierrot notre chanteur de rue vençois. Depuis l’émission que nous avons partagée, pas une fois je ne refuse qu’il me chante « ha les crococo les crococo les crocodiles ».

Bien sur nous avons eu moult lapins ou annulations. Je vous ai haïs parfois. Mais bon on excuse tout à un artiste.

The Smiths chante Hang the DJ. Je le pense souvent, c’est sans doute pour ça que par défaut nous le sommes devenus. Je pense que 1000 fois vous avez du vouloir nous pendre. Nos gouts pour les listes annuelles ont du vous user.

Chaque semaine les groupes font des grands yeux quand nous leur demandons ce qu’ils emporteraient sur une ile déserte. Question utilisée la première fois car nous étions à court et qui est ensuite devenue un rituel.

Dans ma cave j’ai des cartons entiers de démo K7. Dans notre rubrique autoproduits  nous avons été les premiers à jouer Mickey 3 D, Dionysos, Feu Chatterton, Fauve… et tellement  d’autres génies méconnus. A contrario j’ai toujours les premières traces d’artistes médiocres trop connus comme le débutant Pascal Obispo ou Isabelle Boulay. Mais celles la j’avais refusé de les jouer 😉

Bien sur tout le monde ne pouvait pas se déplacer jusqu’à Grasse nous étions souvent sur les routes. Dire que nous avons interviewé  Pixies; John Cale, Noir Désir et tellement d’autres….

Sur la route nous n’y étions pas seulement pour des rencontres mais aussi pour des concerts. En 26ans nous avons du voir pas moins de 1000 concerts (Vous vous étonnez que je sois sourd). Les concerts sont mon seul but de sortie. Vous imaginez comme j’ai souffert durant le COVID….  

A nos débuts il y a 26ans nous découpions les bandes avec des ciseaux, le progrès technique a tout changé. L’arrivée d’internet et surtout des réseaux sociaux (My Space au départ) a bouleversé nos modes de communication, nous avons désormais accès à tout, le travail de défrichage n’en est que plus grand. Et puis internet a permis à nos émissions d’avoir plusieurs vies. Plus seulement dans l’instantané, mais aussi sur la durée grâce aux podcast, videos, photos… L’éphémère c’est romantique mais c’est aussi frustrant…

Avec Internet il y eu les réseaux sociaux. Oui je suis accro. Tout ce qui se passe dans notre studio est filmé puis repris sur tous les supports. Quand je regarde nos chiffres j’ai le vertige. Je suis fier de vous, fier de mettre Agora en valeur. Je n’ai plus l’impression de creuser seul dans mon coin.

Notre page Facebook www.facebook.com/LOreilleQuiGratte est suivie par 6500 fans 

Les 4400 vidéos de notre page Youtube www.youtube.com/user/loreillequigratte on été vues près de 3.500.000 fois (c’est juste incroyable). Notre Instagram www.instagram.com/loreillequigratte/ crée il y a tout juste 1an compte chaque jour un nouvel abonné nous avons tweeter twitter.com/LOreilleQGratte 6200 fois  en 10ans

Vous êtes invisible mais vous êtes bien la.

Et puis internet ce fut bien évidemment la création de notre blog puis de notre web radio www.loreillequigratte.com  où nous pouvons prolonger à loisir nos émissions. Bravo Benoit pour l’investissement sur la programmation

Avec internet nous avons aussi mis en place notre mailing list. D’abord consacrée aux Necro. Aujourd’hui elle annonce nos événements et sert de liens entre les artistes azuréens. Vous êtes 5000 inscrits.

« Agora la radio en liberté » met en pratique son slogan, nous permettant d’assouvir tous nos fantasmes. Je pense à nos nuits qui grattent thématiques ou Mr Alain se permettait de passer d’un bloc l’Histoire de Melody Nelson, de faire des liens, de foutre le bordel. Avec ses discussions sans fin entre Melchior Liboa et Jean Louis Chinaski ou entre Matthieu Geghre et Emmanuel Hannah. Je pense à ce réveillon du nouvel an passé à mixer. Je pense bien sur à notre pari le plus fou du Week End qui Gratte pour les 15ans de l’émission. 36 heures non stop (ou les camemberts volèrent) avec pas moins de 15 groupes en live ou le grand Christophe nous fit une visite surprise jouant pour la dernière fois en public à la guitare. Une photo de Loïc de cette soirée a trôné bien longtemps dans ce studio. 

Bien sur nous priment quelques amants, nous fîmes quelques infidélités à ce studio pour enregistrer en extérieur. Je pense à notre 500e émission depuis la MJC Picaud qui fut sold out. Les bénévoles que nous sommes se sont même retrouvés avec des bénéfices que nous nous sommes empressés de reverser à Agora. Nous retournâmes à Picaud pour nos 25ans avec cette fois une émission streaming Covid oblige.

Il y eu aussi Mouans Sartoux, Le studio 149,  Le Volume, l’appartement de Benoit rue Benoit Bunico, la terrasse de Benoit…

Et puis plus récemment la Zonmé où l’on se retrouve comme à la maison pour vous proposer des concerts sous la forme de nos OQG Sessions où nous prolongeons ce que nous vivons dans les studios avec la fine fleur de la scène locale.

Pour prolonger notre passion nous avons pris notre plume, nous étions là à la création de Nouvelle Vague, le petit dyslexique que je suis a eu la fierté d’être publié dans Les Inrockuptibles, Rock & Folk, Télérama… 

Benoit, c’était donc la dernière émission dans ce studio que nous avons tant aimé. 26ans, incroyable que nous soyons toujours là  (Nous sommes la plus vieille émission de pop rock de France). Qu’est-ce que nous avons pu apprendre, qu’est-ce que nous nous sommes amusés.  

Pour continuer à faire vivre notre espace de liberté, nous allons maintenant nous réinventer dans le nouveau et tout beau studio situé juste un étage plus haut.

Mais que l’aventure dans ce studio fut belle. J’ai l’impression que ce fut un rêve. 

Simon Pégurier

Continuer la lecture

Samedi 23 Avril – OQG Sessions # 10 à La Zonmé

Le printemps est enfin de retour, les masques sont enfin tombés.
Tout est réuni pour que nous puissions profiter au maximum des concerts que vous propose L’Oreille Qui Gratte

On se retrouve le Samedi 23 Avril à 20h  à la Zonmé – Nice avec :

Heru42 :

Des paysages évoquant la profondeur d’un Vic Chesnutt , les timbres des chanteurs de Soul Coughing et de REM ( parfois d’Oasis ) .

 C’est un monde doux, raffiné comme une ile préservée des passages.

L’émission : https://youtu.be/iyTCWPQtaow

Le Live : https://youtu.be/3RLXETprIV4

MODERN ELECTRICS : Synth-Pop-Indie // Nice Le duo revient en force avec un nouvel EP plus rythmé, plus synthé, plus eighties …Jouissif…

L’émission : https://youtu.be/Y5m7irYX69E

Le Live https://youtu.be/VSanPl6OQ3A

Clameurs

Projet Méditerranéen, virtuose et électro-acoustique (Contrebasse – Oud – Machines), Clameurs emporte son public de la contemplation vers l’incandescence. C’est renversant, prenant aux tripes.

Extrait : https://www.youtube.com/watch?v=c6NdzsotQdU

 

Tous les bénéfices reviennent au financement de votre radio indé. Je vous rappelle que notre Web Radio www.loreillequigratte.com est 100 % indépendante nous ne recevons de subvention de personne. Nous ne dépendons que de vous. Notre liberté nous vous la devons

 

PAF : Cinq euros (consacrés à la web radio )

– Restauration sur place et buvette sur place

– Adhésion a la Zonmé obligatoire 5 Euro pour les 365 jours venant.

 

Contact : Simon Pégurier – redaction@loreillequigratte.com – www.loreillequigratte.com

La Zonmé 7 bis rue des Combattants en Afrique du Nord, 06000 Nice.

Continuer la lecture

#  810 Modern Electrics

L’Oreille Qui Gratte #  810

Enregistrement le Mercredi 16 Mars 2022 

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 16 Avril 2022   

 Invité :  Modern Electrics

Modern Electrics : As a trigger

Modern Electrics : I Never Let You Down

Modern Electrics : Shout

Muddy Monk : En Léa

 Modern Electrics : Psycho Killer ( Cover Talking Heads)

Modern Electrics : I Surrender

 Modern Electrics : Oh My

Les Videos :

-I Never Let You Down https://youtu.be/grvquv1e4Fw

– Shout https://youtu.be/CNSNu1uoN1E

Psycho Killer (Cover Talking Heads) https://youtu.be/Y8p9SHlopgY

I Surrender https://youtu.be/ODLlm3IkIPM

– Sur une Île déserte https://youtu.be/rmctCsqszlo

– La Session live https://youtu.be/5k1jmGkl5Ho

– Intégralité de l’interview https://youtu.be/1uEBCW4hp3I

– Intégralité de l’Emission https://youtu.be/Y5m7irYX69E

Continuer la lecture

# 809 ArgoN

L’Oreille Qui Gratte #  809

Enregistrement le Mercredi 02 Mars 2022 à 18h

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 09 Avril 2022   

Invité :  ArgoN

Argon: Extirpé du rêve

Argon : Mon reflet

Argon : Révise tes classiques

Nelson Dialect : Only just Begun

 Argon : Mon exutoire

Argon : Tranche de vie

 Argon : Souffle de peur

Les Videos :
– Mon reflet https://youtu.be/GjPqAXIRjFU
Révise tes classiques https://youtu.be/B2-RUkEKjTE
Mon Exutoire https://youtu.be/fVDHkwVrUok
Tranche de vie https://youtu.be/C0fwGid0EZE
Sur une ile déserte : https://youtu.be/iWL1uWnEE8U
L’Interview https://youtu.be/drPD08UXGOw
La Session Live https://youtu.be/2iAnnF7hULQ
L’Intégralité de l’émission https://youtu.be/BDhAefASDD8

Continuer la lecture

The Australien Pink Floyd Show.

Pas besoin de beaucoup me connaître pour savoir que je suis complètement fan des Pink Floyd. De la période Syd Barret à la période post Roger Waters je connais tous les albums par cœur. J’ai peut-être même du dire plus souvent « Comfortably Numb est le meilleur morceau de tous les temps » que « Salut comment ça va aujourd’hui ? ».
J’ai donc mis mon sweat « the dark side of the moon » et me voilà à Nikaïa pour voir la tournée All That You Feel de The Australien Pink Floyd Show.
Le concert commence et déjà on peut noter la présence des mêmes instruments que ceux utilisés par les Pink Floyd, ainsi que le même panneau circulaire caractéristique des tournées du groupe, tout est fait pour ressembler le plus à l’esthétique des Floyd.

Le concert débute avec le morceau obscured by cloud de l’album du même nom. Ce morceau semble annoncer la couleur, on aura le droit à des morceaux de toutes les époques et pas seulement les hits que l’on connaît tous.
« In the flesh ? » Résonne dans la salle tel le début d’un concept album et la c’est la claque, c’est la première fois que je vois un groupe tribute de cette ampleur mais la ressemblance est frappante le même son à la note près. Au départ seul le chant qui n’est pas totalement pareil peut choquer mais on ne finit pas de s’habituer et on reste choqués devant les vocalises du chanteur. Il fait à lui seul les voix de David Gilmour, Rogers Waters et Richard Wright et c’est complètement impressionnant, on ferme les yeux et on finit par entendre leurs voix.
Sur l’écran géant arrivent des horloges kangourou et résonnent des bruits de réveil. La guitare de Time résonne, et déjà on peut noter le jeu de scène, les musiciens qui ne jouent pas sur le morceau quittent la salle pour laisser juste la musique s’exprimer. Enchaînent ensuite les morceaux de dark side of the moon avec : breath in the air et ensuite the great gig in the sky dont on note la magnifique prestation d’une des choristes.
Le concert continue avec Money et Us and Them deux morceaux comprenant du saxo. J’aime beaucoup le saxo sur le disque… en live un peu moins mais on peut noter le souci de tous les détails.

Beaucoup de personnes négligent le dernier album des Floyd The Division Bell c’est donc avec un mélange d’étonnement et de joie que je reconnais les premières notes de What Do You Want For Me suivi de près par Keep Talking. Quand on pense au Pink Floyd on ne pense pas forcément à ces morceaux mais les avoir inclus rend complètement hommage au groupe.
Soudain une énorme marionnette de professeur d’école apparaît sur scène, d’un pied autoritaire il semble battre la mesure pour The Happiest Days Of Our Lives et son fondu enchaîné Another Brick In The Wall, Part 2. Les trois femmes chargées des chœurs font parfaitement les voix d’enfants non sans être aidées de toute la salle chantant en chœur.
Après cette grande performance les rideaux se ferment pour 15min d’entracte.

De retour dans la salle l’écran géant diffuse des images kaléidoscopiques semblant être filmées sous acide, Astronomy Domine : le premier morceau du premier album commence on ferme les yeux et on semble entendre Syd Barret en 1967.
Un morceau de Barret nous renvoie aussi à son triste sort, nous souhaitons qu’il soit la et ça tombe bien les australiens le savent et commencent Shine On You Crazy Diamond suivi par Wish You Were Here. Des larmes aux yeux d’émotion pour ces trois morceaux en hommage à ce grand homme de la musique psychédélique.
Pas le temps de continuer à regretter Syd, les jeux de lumières nous ramènent en 77 pour l’album le plus punk des Pink, Animals. Dans ce délire Orwellien et anti-totalitariste Roger Water compare la civilisation à des  animaux. Nous avons ici droit à l’incroyable Sheep 10min d’hypnotisation et de critiques du prolétariat.
Les Pink Floyd Australien sont encore d’humeur à dénoncer avec le protecteur Mother joué en solo acoustique par le chanteur « of course Mama’s gonna help build the wall ».
Comme les marionnettes géantes utilisées par les Pink Floyd, ici se gonfle un énorme kangourou sauteur bondissant sur Sorrow un morceau très efficace de A Momentary Lapse of Reason.

A peine le temps que le kangourou se dégonfle le morceau One Of These Day résonne, la basse nous fait tous danser malheureusement assis.
Le concert finit avec Run Like Hell et l’apparition d’un énorme cochon. Comme durant la tournée de David Gilmour, Les Pink Floyd Australiens font durer le morceau 10min pour finir en beauté. « You better run ! »
Je parlais de finir beauté, malheureusement les australiens n’ont pas joué Comfortably Numb !

Je réfléchis au moyen de me faire rembourser jusqu’au rappel. Toutes les lumières à leur zénith, la boule disco sortie. D’un coup commence sans doute le plus beau morceau des Pink Floyd, peut être l’apothéose du concert tout y est parfait, la voix, les guitares, les jeux de lumières. Il serait complètement impossible de différencier à cet instant les Pink Floyd de leurs sosies australiens. A la dernière note un tonnerre d’applaudissements résonne, toute la foule est juste subjuguée.

Un concert magnifique avec exactement le même son que les Pink Floyd. Leurs jeux de scènes très reculés où les musiciens quittent la scène après leur prestation, et cela aussi  est bien pensé. Ils sont là pour refaire vivre le groupe mythique, est non pas le remplacer.

Je suis trop jeune pour avoir pu voir les « vrais » Pink Floyd sur scène, néanmoins si je compare avec les lives Delicate Sound Of Thunder et P·U·L·S·E on peut noter une différence. A cette époque David Gilmour donnait un côté magistral aux morceaux en live. La ce n’était pas vraiment comparable à ces Gilmouresque excentrie, mais cela ressemblait plutôt à des copies des versions album. Je ne peux pas dire si c’est mieux ou non, mais ça a le mérite de ressembler le plus possible aux versions originales.

Le dernier point fort de ce concert est que la globalité des Pink Floyd est joué. De 1965 a 2014 les Floyd on eu le temps de faire 15 albums.
Les australiens ont eux joué des morceaux de 9  des 15 albums. De quoi couvrir presque l’intégralité de leur discographie.

Baptiste Pegurier 

Continuer la lecture

# 808 Présentation de la saison Printemps 2022 De La MJC Picaud

L’Oreille Qui Gratte # 808

Enregistrement  Mercredi 02 Mars 2022 à 19h

Diffusion sur Agora Cote D’Azur le 26 Mars 2022

 Invité : Jacob Khelil de la MJC Picaud de Cannes

La Chica : La loba

Raspigaous : Leader du Monde

Corpus Delicti : Twilght

Hangman’s Chair : Who want’s to die old

KT Gorique : Air Force

Marion Rampal : A volé

Contact :

Jacob KHELIL – Programmateur Général MJC Picaud

programmation@mjcpicaud.fr

https://mjcpicaud.fr/

Les Videos :
– Présentation La Chica et Radio Minus Sound System https://youtu.be/Jgin4WtQiHs
– Présentation Raspigaous / Corpus Delicti / Hangman’s Chair https://youtu.be/qRJv20Xt7uM
– Présentation de Kt Gorique / Make Some Jazz / Marion Rampal https://youtu.be/pIo5eeKUlJk
– Présentation des « Journées info musique » https://youtu.be/M0vPTmYT29w
– Présentation de la saison Printemps 2022 https://youtu.be/vQT2r9VVJcA

Le Programme :

  • Samedi 9 avril : LA CHICA

1ère partie : UNDO PROJECT

  • Vendredi 15 avril : RADIO MINUS SOUND SYSTEM
  • Vendredi 29 avril : RASPIGAOUS

1ère partie : MATHEW NYA

  • Samedi 7 mai : CORPUS DELICTI

1ère partie : LES TETINES NOIRES

  • Samedi 14 mai : HANGMAN’S CHAIR

1ère partie : VETHA

  • Vendredi 3 juin : KT GORIQUE

1ère partie : LE MOME

  • Samedi 4 juin : MAKE SOME JAZZ – MARION RAMPAL
Continuer la lecture

# 806 GaëlmeK

L’Oreille Qui Gratte # 806

Enregistrement le Mercredi 16 Février 2022

Diffusion sur Agora Cote D’azur le 19 Mars 2022

Invité : GaëlmeK

GaëlmeK : Un brin de poussière

GaëlmeK : La révolution

GaëlmeK : Petite fleurs

GaëlmeK : Les Rebords

GaëlmeK : Mais demain

GaëlmeK : Si je m’en vais

GaëlmeK : Le train qui roule (Cover Yves Jamait)

Contact :

gaeldamon@gmail.com

https://www.facebook.com/gaelmek06

 

Videos :

Session acoustique : https://youtu.be/sCH2HjGzR6M

Interview : https://youtu.be/cAvGJdK5GiU

Intégralité de l’émission https://youtu.be/BgKsJ2qPLR8 

Continuer la lecture
Fermer le menu