Dr John

Malcolm John Rebennack alias Dr John est né en 1940 à New Orleans où il a débuté sa carrière. Fin des années 50 il est guitariste et se produit régulièrement sur scène avec des groupes du cru. Lors d’une bagarre il est blessé au doigt gauche et se met alors au piano.

Sa carrière en solo démarre vraiment en 1968 avec l’album Gris-Gris, pour lequel il s’inventa le personnage de Dr. John Creaux the Night Tripper et le disque commence ainsi : «Ils m’appellent Dr. John, le Voyageur de la nuit. Un sachet de mojo à la main, revenant d’un voyage dans le bayou, je suis le dernier des hommes gris-gris»…etc.

La phrase d’introduction, donne le ton. Une espèce de funk poisseux et de soul psychédélique, hanté par les rythmes des caraïbes et peuplé de référence au vaudou. Dr John celui qui fut ordonné prêtre de la Church of Voodoo & Witchcraft, nous prévient…

Mais pourquoi les amateurs de Rock et de Blues le vénèrent ils ? Et bien dans les 60’, il va à Los Angeles et travaille avec de nombreux artistes dont Sonny & Cher et Canned Heat, entre autres. Plus tard, il commence à être reconnu notamment grâce à son style mélangé de rythm & blues et rock psychédélique et grâce à ses performances live organisées comme des cérémonies voodoo. On peut l’entendre jouer sur des albums d’ Aretha Franklin, Frank Zappa et même les Rolling Stones qui l’inviteront sur Exile on Main Street.

En signant sur le label Atlantic, épaulé par le légendaire producteur Jerry Wexler, Dr. John connaît enfin le succès, notamment avec l’album In the Right Place (1973), contenant le fameux tube « Right Place, Wrong Time »,

Mais le monsieur a alors deux addictions : la musique qui lui fait enjamber jour et nuit les barrières raciales et aussi l’héroïne qui lui vaudra quelques passages par la case prison.

Dr. John, qui apparaît sur scène avec des costumes délirants de plumes et de colifichets, façon de rappeler l’importance des chefs indiens – en fait, les tribus noires américaines qui sont le ferment de toute musique à La Nouvelle-Orléans –

Right Place Wrong Time, sera produit (déjà) par un certain Allen Toussaint, venu avec The Meters, le meilleur groupe de l’époque et qui ajoute du funk à la musique Dr Night Tripper. On peut le découvrir dans son propre rôle dans la série de David Simon Treme.

En 1976, il est invité par The Band aux côtés de Bob Dylan, Neil Young, Eric Clapton ou encore Muddy Waters. En 1989, c’est Ringo Starr qui relance sa carrière, l’embarquant dans sa première tournée All Starr Band.

On peut parier que récemment les processions portées par les cuivres, se sont mises en ordre de marche à La Nouvelle-Orléans. Puis viendra le temps de l’office, dernière cérémonie qui devra finir en une furieuse montée de fièvre…pour honorer le défunt.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu